Notice médicament

information medicament
doodle
Téléchargez l’app Goodmed
appstoregoogle play

À quoi sert ce médicament ?

Classe pharmacothérapeutique

Sans objet.

Indications thérapeutiques

L'époprosténol est utilisé pour réduire la pression artérielle élevée dans les poumons (hypertension artérielle pulmonaire). Dans ce cas, il dilate les vaisseaux sanguins dans les poumons, ce qui fait baisser la pression artérielle dans les vaisseaux. Cet effet correspond à une vasodilatation.

Que contient ce médicament ?

Comment le prendre ?

Instructions pour un bon usage

Sans objet.

Posologie, Mode et/ou voie(s) d'administration, Fréquence d'administration et Durée du traitement

Dans le traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire (pression artérielle sanguine élevée dans le poumon) l'époprosténol est administré uniquement en perfusion intraveineuse. L'époprostenol sera administré par l'intermédiaire d'une aiguille intraveineuse (cathéter) fixe (maintenu en permanence). Dans un premier temps, l'administration peut être faite par l'intermédiaire d'un cathéter provisoire.

Votre traitement par l'époprosténol sera initié à l'hôpital. Votre médecin débutera le traitement avec un faible débit de perfusion. Ce débit sera augmenté petit à petit jusqu'à trouver la dose qui est la plus efficace pour vous. Pendant cette phase du traitement, votre médecin surveillera la manière dont votre organisme réagit à l'époprosténol. Si des difficultés respiratoires apparaissent, dues à la survenue d'un œdème aigu du poumon (œdème aigu pulmonaire), votre médecin pourra choisir de mettre fin à votre traitement par l'époprosténol.

Normalement, votre médecin augmentera ou diminuera votre débit de perfusion en fonction de votre réponse au traitement. Tous les changements doivent être réalisés graduellement et sous la supervision du médecin. Votre perfusion d'époprosténol sera administrée au moyen d'une pompe à perfusion. Votre médecin veillera à ce que vous utilisiez le type de pompe approprié. En cas de doute, demandez conseil à votre médecin.

Afin d'éviter d'éventuelles interruptions dans l'administration du médicament en cas de dysfonctionnement accidentel du système, assurer vous toujours d'avoir un accès immédiat en cas de besoin à une pompe et du matériel pour perfusion de rechange.

EPOPROSTENOL SANDOZ, poudre et solvant pour solution pour perfusion, ne doit pas être administré en bolus (en injection intraveineuse directe).

Enfants et sujets âgés

En raison du manque d'informations, l'utilisation de l'époprosténol n'est pas recommandée chez l'enfant ou le sujet âgé de plus de 65 ans.

Symptômes et instructions en cas de surdosage

Si vous avez utilisé plus de EPOPROSTENOL SANDOZ 1,5 mg, poudre et solvant pour solution pour perfusion, que vous n'auriez dû:

Le traitement par l'époprosténol est normalement mis en œuvre dans un hôpital ou une clinique. Votre médecin en surveillera attentivement les effets. Dans le cas peu probable où vous receviez une dose excessive, votre médecin pourra prendre rapidement les mesures qui s'imposent, comme une réduction de la dose administrée. L'administration d'une dose trop importante d'époprosténol peut provoquer une forte baisse de la tension artérielle, qui peut éventuellement causer un évanouissement.

Instructions en cas d'omission d'une ou de plusieurs doses

Si vous oubliez d'utiliser EPOPROSTENOL SANDOZ 1,5 mg, poudre et solvant pour solution pour perfusion:

Une interruption, même brève, de l'administration de l'époprosténol peut rendre le traitement inefficace. Si votre traitement s'interrompt pour quelque raison que ce soit, prévenez votre médecin immédiatement.

Risque de syndrome de sevrage

Si vous arrêtez d'utiliser EPOPROSTENOL SANDOZ 1,5 mg, poudre et solvant pour solution pour perfusion:

L'interruption brutale du traitement par l'époprosténol peut provoquer un essoufflement, des vertiges, un malaise qui peut aller jusqu'au décès.

Vous devez toujours consulter votre médecin avant tout ajustement de dose. Vous ne devez jamais arrêter votre traitement de vous-même.

Si vous avez d'autres questions sur l'utilisation de ce médicament, demandez plus d'informations à votre médecin.

Quels sont ses effets indésirables possibles ?

Description des effets indésirables

Comme tous les médicaments, l'époprosténol est susceptible d'avoir des effets indésirables, bien que tout le monde n'y soit pas sujet.

L'évaluation du risque de survenue d'effets indésirables s'appuie sur les fréquences suivantes:

Très fréquent: survient chez plus d'un patient sur 10

Fréquent: survient chez 1 à 10 patients sur 100

Peu fréquent: survient chez 1 à 10 patients sur 1 000

Rare: survient chez 1 à 10 patients sur 10 000

Très rare: survient chez moins de 1 patient sur 10 000

Fréquence indéterminée: la fréquence de survenue ne peut être estimée sur la base des données disponibles

Les effets indésirables suivants ont été observés:

Très fréquent:

Maux de tête.

Bouffées de chaleur ou rougeur au visage.

Nausées et vomissements.

Diarrhées.

Douleurs dans la mâchoire.

Fatigue et faiblesse générale.

Peu fréquent:

Sécheresse de la bouche.

Rare:

Infection locale.

Très rare:

Excitation (agitation).

Pâleur de la peau.

Rougeur au point de perfusion.

Fatigue.

Oppression thoracique (douleur dans la poitrine).

Transpiration.

Fréquence indéterminée:

Essoufflement.

Augmentation du taux de sucre dans le sang (hyperglycémie).

Réactions cutanées anormales à la lumière (photosensibilité).

Si la perfusion se fait par un cathéter veineux central, le maintien d'une parfaite hygiène de la zone cutanée où il est implanté est primordiale. Ce point constitue une porte d'entrée qui en cas d'infection de la peau aux alentours peut se propager dans le sang entrainant une septicémie.

Votre médecin ou votre infirmière doit vous montrer comment vous devez assurer une parfaite hygiène du cathéter et de la peau qui l'entoure afin d'éviter toute infection. Il est très important que vous suiviez attentivement leurs instructions.

Si l'un des effets indésirables devient grave ou si vous remarquez un effet indésirable non mentionné dans cette notice, parlez-en à votre médecin.