Notice médicament

information medicament
doodle
Téléchargez l’app Goodmed
appstoregoogle play

BUCCOLAM 10 mg, solution buccale

À quoi sert ce médicament ?

BUCCOLAM contient un médicament appelé midazolam. Le midazolam appartient à une classe de médicaments appelés benzodiazépines. BUCCOLAM est utilisé pour arrêter une crise convulsive subite prolongée chez les nourrissons, les jeunes enfants, les enfants et les adolescents (âgés de 3 mois à moins de 18 ans).

Chez les nourrissons âgés de 3 à 6 mois, il ne doit être administré qu’en milieu hospitalier afin d’assurer une surveillance et de disposer d’un équipement de réanimation.

Ce médicament ne doit être utilisé par les parents/accompagnants que lorsqu’un diagnostic d’épilepsie a été fait chez le patient.

Que contient ce médicament ?

midazolam

Quel est son taux de remboursement ?

Taux de remboursement: 65%

Prix: 80.26

Comment le prendre ?

Veillez à toujours administrer ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin.

Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

Posologie

Le médecin prescrira la dose de BUCCOLAM appropriée pour votre enfant, généralement en fonction de son âge. Les différentes doses sont identifiées par une couleur spécifique sur la boîte, le tube et la seringue contenant le médicament.

En fonction de son âge, l’enfant doit recevoir l’une des doses suivantes, présentée dans un emballage identifié par une couleur spécifique à la dose :

3 mois à moins d’un an : 2,5 mg – emballage avec étiquette jaune.

1 an à moins de 5 ans : 5 mg – emballage avec étiquette bleue.

5 ans à moins de 10 ans : 7,5 mg – emballage avec étiquette mauve.

10 ans à moins de 18 ans : 10 mg – emballage avec étiquette orange.

La dose est le contenu complet d’une seringue pour administration orale. Ne pas administrer plus d’une dose.

Chez les nourrissons âgés de 3 à 6 mois, le traitement ne doit être administré qu’en milieu hospitalier afin d’assurer une surveillance et de disposer d’un équipement de réanimation.

Préparation pour l’administration du médicament

Si l’enfant présente une crise convulsive, laissez son corps bouger librement, n’essayez pas de limiter ses mouvements. Vous ne devez déplacer le patient que s’il est proche d’un danger, par exemple de l’eau profonde, une flamme nue ou des objets pointus.

Posez la tête de l’enfant sur un objet souple pour la soutenir, par exemple un oreiller ou votre genou.

Vérifiez que la dose du médicament est correcte pour l'âge de l’enfant.

Comment administrer ce médicament

Demandez à un médecin, à un pharmacien ou à une infirmière de vous montrer comment administrer ce médicament. Vérifiez toujours auprès d’eux en cas de doute.

Les instructions pour l’administration de ce médicament figurent également sur l’étiquette du tube.

BUCCOLAM ne doit pas être injecté. Ne pas fixer d’aiguille sur la seringue.

Étape 1

Tout en tenant le tube en plastique, briser la bague d’inviolabilité à une extrémité et retirer le capuchon. Sortir la seringue du tube.

Étape 2

Retirer le capuchon rouge de l’embout de la seringue et l’éliminer en toute sécurité.

Étape 3

Pincer délicatement la joue de l’enfant entre le pouce et l’index et tirer doucement vers l’arrière. Insérer l’embout de la seringue à l’arrière de l’espace entre la joue et la gencive inférieure.

Étape 4

Appuyer lentement sur le piston de la seringue jusqu’à ce qu’il s’arrête.

La dose complète de solution doit être administrée lentement dans l’espace entre la gencive et la joue (cavité buccale).

Selon la prescription du médecin (pour des volumes plus importants et/ou pour des patients plus jeunes), la moitié de la dose environ peut être administrée lentement d’un côté de la bouche de l’enfant, puis le reste de l’autre côté.

Quand devez-vous appeler un service d’urgences médicales ?

Respectez TOUJOURS les recommandations du médecin du patient ou d’un autre professionnel de santé pour le traitement. En cas de doute, appelez immédiatement un service d’urgences médicales si :

• La crise ne cesse pas dans les 10 minutes.

• Vous ne pouvez pas administrer tout le contenu de la seringue ou vous avez perdu une partie du

contenu.

• La respiration de l’enfant ralentit ou s’arrête, par exemple, respiration lente ou superficielle ou

lèvres bleues.

• Vous observez des signes de crise cardiaque, qui peuvent être une douleur dans la poitrine ou

une douleur irradiant vers la nuque et les épaules et dans le bras gauche.

• L’enfant vomit et la crise ne cesse pas dans les 10 minutes.

• Vous avez administré trop de BUCCOLAM et l’enfant présente des signes de surdosage, qui

Conservez la seringue pour la montrer au personnel du service d’urgences médicales ou au médecin.

N’administrez pas une dose supérieure à celle prescrite par un médecin pour le patient.

Quels sont ses effets indésirables possibles ?

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Effets indésirables graves

Vous devez consulter immédiatement un médecin ou appeler un service d’urgences médicales si le patient présente :

• Des difficultés respiratoires sévères, par exemple respiration lente ou superficielle ou lèvres

bleues. Dans de très rares cas, la respiration pourrait s’arrêter.

• Une crise cardiaque. Les signes peuvent être une douleur dans la poitrine pouvant irradier vers

la nuque et les épaules et dans le bras gauche de l’enfant.

• Un gonflement du visage, des lèvres, de la langue ou de la gorge, entraînant des difficultés pour avaler ou respirer.

Autres effets indésirables

Si le patient présente un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien.

Ceci s’applique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice.

Effets indésirables fréquents (pouvant affecter jusqu’à 1 patient sur 10) :

• Nausées et vomissements.

• Somnolence ou diminution de la conscience.

Effets indésirables peu fréquents (pouvant affecter jusqu’à 1 patient sur 100) :

• Éruption cutanée, urticaire (éruption sous forme de plaques en relief), démangeaisons.

Effets indésirables très rares (pouvant affecter jusqu’à 1 patient sur 10 000) :

• Spasmes musculaires et tremblements musculaires (tremblements incontrôlables des muscles).

• Diminution de la vigilance.

• Maux de tête.

• Étourdissements.

• Difficultés de coordination des muscles.

• Convulsions.

• Tension artérielle basse, rythme cardiaque lent ou rougeur du visage et du cou (bouffées de chaleur)

• Laryngospasme (rétrécissement du larynx entraînant une respiration difficile et bruyante).

• Constipation.

• Bouche sèche.

• Fatigue.

• Hoquet.

Déclaration des effets secondaires