Notice médicament

information medicament
doodle
Téléchargez l’app Goodmed
appstoregoogle play

LEVODOPA BENSERAZIDE TEVA 200 mg/50 mg, gélule

À quoi sert ce médicament ?

La lévodopa est un médicament antiparkinsonien et le bensérazide est un inhibiteur de la décarboxylase qui aide la lévodopa à agir plus efficacement.

L’association lévodopa/bensérazide est utilisée pour traiter les symptômes de la maladie de Parkinson.

Que contient ce médicament ?

bensérazide

Quel est son taux de remboursement ?

Taux de remboursement: 65%

Prix: 10

Comment le prendre ?

Veillez à toujours prendre ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin ou pharmacien. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

Le traitement par Lévodopa/Bensérazide est généralement instauré à faible dose. LEVODOPA BENSERAZIDE TEVA 200 mg/50 mg, gélule n'est pas adapté dans ce cas et il convient d'utiliser le dosage 50 mg/12,5 mg.

Après trois à 7 jours, votre médecin pourra si nécessaire augmenter progressivement la posologie tous les trois à sept jours jusqu'à ce que vos symptômes soient contrôlés de façon satisfaisante. LEVODOPA BENSERAZIDE TEVA 200 mg/50 mg, gélule n'est pas adapté dans ce cas, d'autres dosages sont disponibles.

En général, la dose maximale ne doit pas excéder 4 gélules par jour.

La dose quotidienne doit être fractionnée en plusieurs prises. La posologie et la fréquence des prises pendant la journée doivent être adaptées aux besoins individuels de chaque patient.

Le plein effet du médicament peut n'être manifeste qu'après plusieurs semaines de traitement.

Si vous preniez auparavant de la lévodopa seule ou avec un autre inhibiteur de la décarboxylase, vous devez arrêter ces médicaments 12 heures avant de commencer à prendre LÉVODOPA/BENSÉRAZIDE TEVA.

Il est préférable de prendre LÉVODOPA/BENSÉRAZIDE TEVA au moins 30 minutes avant ou 1 heure après un repas. Les gélules doivent être avalées entières sans les mâcher, avec une boisson.

Si vous avez pris plus de LÉVODOPA/BENSÉRAZIDE TEVA 200 mg/50 mg, gélule que vous n’auriez dû :

Si vous (ou une autre personne) avez pris beaucoup de gélules en même temps, ou si vous pensez qu’un enfant a avalé l’une de vos gélules, contactez immédiatement votre médecin ou le service d’urgences de l’hôpital le plus proche. Emportez cette notice, toutes les gélules restantes et le flacon afin de montrer au médecin ou aux urgentistes quelles sont les gélules qui ont été ingérées.

Un surdosage peut provoquer une aggravation des symptômes, par exemple une confusion, des hallucinations et des troubles du sommeil. Dans des cas rares, des nausées (mal au cœur), des vomissements et des anomalies du rythme cardiaque peuvent survenir.

Si vous oubliez de prendre LÉVODOPA/BENSÉRAZIDE TEVA 200 mg/50 mg, gélule :

Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre. Prenez votre dose suivante comme d’habitude ; il est possible toutefois que certains symptômes parkinsoniens réapparaissent entre-temps.

Si vous arrêtez de prendre LÉVODOPA/BENSÉRAZIDE TEVA 200 mg/50 mg, gélule :

Votre médecin vous dira quand vous devrez arrêter de prendre LÉVODOPA/BENSÉRAZIDE TEVA. En général, le médicament est pris pendant une longue période puisqu’il remplace la dopamine, une substance qui n’est pas produite en quantités suffisantes chez les patients atteints de la maladie de Parkinson.

Vous devez informer votre médecin si vous voulez arrêter de prendre LÉVODOPA/BENSÉRAZIDE TEVA. Bien que cela soit rare, l’arrêt brutal du traitement peut provoquer des effets indésirables qui peuvent mettre la vie du patient en danger, notamment une affection appelée syndrome malin des neuroleptiques, qui se manifeste par une forte fièvre, une raideur musculaire et des troubles psychologiques, ou des crises d’akinésies (impossibilité d’effectuer des mouvements). Pour éviter ces effets, votre médecin vous expliquera comment arrêter le traitement.

Si vous avez d’autres questions sur l’utilisation de ce médicament, demandez plus d’informations à votre médecin ou à votre pharmacien.

Quels sont ses effets indésirables possibles ?

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Consultez votre médecin dès que possible si vous présentez les effets indésirables suivants :

    · réactions allergiques, dont les signes sont une éruption cutanée et des démangeaisons,

    · battements de cœur irréguliers, plus rapides ou plus lents que d’habitude,

    · saignements dans votre estomac ou vos intestins, se traduisant par la présence de sang dans vos selles (qui peuvent apparaître noires et goudronneuses) ou dans vos vomissures (qui peuvent avoir l’apparence de grains de café),

    · faible nombre de globules blancs de tous les types, dont les signes incluent des infections de la bouche, des gencives, de la gorge et des poumons,

    · réduction du nombre de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes dans le sang, qui peut se traduire par une sensation de fatigue, par des infections et des hématomes (« bleus ») plus fréquents, ou par des saignements de nez.

Autres effets indésirables potentiels :

Fréquence indéterminée (la fréquence ne peut être estimée sur la base des données disponibles)

    · perte d’appétit ;

    · nausées ;

    · vomissements ;

    · diarrhées ;

    · modifications du goût ;

    · perte du goût ;

    · décoloration de la salive, de la langue, des dents ou de la bouche ;

    · bouffées de chaleur et sueurs ;

    · humeur dépressive, en particulier chez les patients âgés ;

    · désorientation temporelle, en particulier chez les patients âgés ;

    · agitation, en particulier chez les patients âgés ;

    · hallucinations, en particulier chez les patients âgés ;

    · anxiété, en particulier chez les patients âgés ;

    · délires, en particulier chez les patients âgés ;

    · exaltation légère ;

    · assoupissement ;

    · agressivité ;

    · apparition des symptômes d'une psychose latente (affection psychiatrique caractérisée par des troubles de la personnalité et une perte de contact avec la réalité) ;

    · syndrome de dysrégulation dopaminergique :

    · confusion ;

    · fluctuations de la réponse telles qu'un « freezing » (difficulté soudaine à effectuer des mouvements), effet de « fin de dose » (réapparition des symptômes avant le moment de prendre la dose suivante) et phénomènes « on-off » (passage d'une période pendant laquelle les symptômes sont bien contrôlés à une période où les troubles réapparaissent subitement)* ;

    · mouvements volontaires déformés ou altérés (dyskinésies)* ;

    · mouvements involontaires* ;

    · envie irrésistible de bouger les jambes pour faire disparaître des sensations gênantes ou inconfortables ;

    · somnolence, parfois pendant la journée ;

    · endormissement soudain ;

    · troubles du sommeil (insomnie), en particulier chez les patients âgés ;

    · coloration des urines, en général de couleur rouge-brun* ;

    · élévation du taux des transaminases dans le sang ;

    · faible nombre de globules rouges (anémie), dont les signes sont notamment une sensation de fatigue, une pâleur de la peau, des palpitations (sensation de battements cardiaques trop forts) et un essoufflement ;

    · baisse de la tension artérielle consécutive au passage de la position assise ou allongée à la position debout (parfois accompagnée de vertiges), disparaissant généralement après réduction de la dose de médicament ;

    · élévation des taux de phosphatases alcalines dans le sang ;

    · élévation des taux d’acide urique ou d’urée dans le sang.