Notice médicament

information medicament

ZARZIO 30 mu/0,5 ml, solution injectable ou pour perfusion en seringue preremplie

À quoi sert ce médicament ?

Zarzio est un facteur de croissance des globules blancs (facteur de croissance de la lignée

granulocytaire) et appartient à une famille de protéines appelées cytokines. Les facteurs de croissance sont des protéines naturellement produites dans l’organisme mais qui peuvent également être

fabriquées par biotechnologie pour être utilisées comme médicaments. Zarzio agit en incitant la moelle osseuse à produire plus de globules blancs.

La réduction du nombre de globules blancs (neutropénie) peut survenir pour plusieurs raisons et

diminue la capacité de l’organisme à lutter contre les infections. Zarzio stimule la moelle osseuse pour qu’elle produise rapidement de nouveaux globules blancs.

Zarzio peut être utilisé :

• pour augmenter le nombre de globules blancs à la suite d’une chimiothérapie afin d’aider à prévenir les infections ;

• pour augmenter le nombre de globules blancs à la suite d’une greffe de moelle osseuse afin d’aider à prévenir les infections ;

• avant une chimiothérapie à haute dose afin de pousser la moelle osseuse à produire plus de cellules souches, qui pourront être prélevées et réinjectées après le traitement. Ces cellules

pourront être prélevées à partir de votre sang ou de celui d’un donneur. Les cellules souches retourneront ensuite dans la moelle osseuse et produiront ainsi de nouvelles cellules sanguines ;

• pour augmenter le nombre de globules blancs si vous souffrez de neutropénie chronique sévère, afin d’aider à prévenir les infections ;

• chez les patients présentant une infection par le VIH à un stade avancé, afin d’aider à réduire le risque d’infections.

Que contient ce médicament ?

filgrastim

Quel est son taux de remboursement ?

Taux de remboursement: 100%

Prix: 64.73

Comment le prendre ?

Veillez à toujours utiliser ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

Comment Zarzio est-il administré et quelle quantité dois-je prendre ?

Zarzio est habituellement administré en une injection quotidienne dans le tissu situé juste sous la peau (injection sous-cutanée). Il peut également être administré en une injection quotidienne lente dans une

veine (perfusion intraveineuse). La dose habituelle varie selon la maladie et le poids. Votre médecin vous indiquera quelle quantité de Zarzio vous devez prendre.

Patients recevant une greffe de moelle osseuse après une chimiothérapie :

Vous recevrez normalement votre première dose de Zarzio au moins 24 heures après votre chimiothérapie et au moins 24 heures après votre greffe de moelle osseuse.

Vous, ou les personnes qui s’occupent de vous, devez apprendre comment procéder à des injections

sous-cutanées. Vous pourrez ainsi poursuivre votre traitement à la maison. Cependant, n’essayez pas de le faire vous-même tant que votre fournisseur de soins de santé ne vous y a pas correctement formé.

Pendant combien de temps devrai-je prendre Zarzio ?

Vous devrez prendre Zarzio jusqu’à ce que le nombre de vos globules blancs atteigne un niveau normal. Des analyses de sang seront régulièrement effectuées pour surveiller le nombre de globules

blancs dans votre organisme. Votre médecin vous indiquera pendant combien de temps vous devrez prendre Zarzio.

Utilisation chez les enfants

Zarzio est utilisé pour traiter les enfants recevant une chimiothérapie ou souffrant d’une diminution

sévère du nombre de globules blancs (neutropénie). La posologie utilisée chez l’enfant recevant une chimiothérapie est la même que chez l’adulte.

Si vous avez utilisé plus de Zarzio que vous n’auriez dû

N’augmentez pas les doses prescrites par votre médecin. Si vous pensez avoir reçu plus de Zarzio que vous n’auriez dû, contactez votre médecin dès que possible.

Si vous oubliez d’utiliser Zarzio

Si vous avez manqué une injection, ou que vous avez injecté une trop faible quantité, contactez votre

médecin dès que possible. Ne prenez pas de double dose pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre.

Si vous avez d’autres questions sur l’utilisation de ce médicament, demandez plus d’informations à votre médecin, à votre pharmacien ou à votre infirmier/ère.

Quels sont ses effets indésirables possibles ?

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Veuillez contacter immédiatement votre médecinpendant le traitement :

• en cas de réaction allergique se manifestant par une faiblesse, une chute de la pression artérielle, des difficultés respiratoires, un gonflement du visage (anaphylaxie), une éruption cutanée, une

éruption avec démangeaisons (urticaire), un gonflement des lèvres, de la bouche, de la langue ou de la gorge (œdème de Quincke) et un essoufflement (dyspnée).

• en cas de toux, fièvre et difficultés respiratoires (dyspnée), car ceci pourrait être le signe d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA).

• en cas de douleur en haut à gauche de votre ventre (douleur abdominale), de douleur du côté

gauche sous la cage thoracique ou de douleur à l’extrémité de l’épaule gauche, car il pourrait y avoir un problème avec votre rate (hypertrophie de la rate [splénomégalie] ou rupture de la rate).

• si vous êtes traité(e) pour une neutropénie chronique sévère et que vous observez la présence de sang dans vos urines (hématurie). Votre médecin pourra vous faire effectuer régulièrement des

analyses d’urine si vous connaissez cet effet indésirable ou si des protéines sont détectées dans vos urines (protéinurie).

d’envie d’uriner, des difficultés respiratoires, un gonflement ou ballonnement abdominal, ou une sensation de fatigue générale. Ces symptômes apparaissent généralement de façon

• si vous présentez un problème rénal (glomérulonéphrite). Ce problème rénal a été observé chez

des patients qui recevaient du filgrastim. Contactez immédiatement votre médecin si vous constatez un gonflement de votre visage ou de vos chevilles, la présence de sang dans vos urines

ou une coloration brune de vos urines, ou si vous remarquez que vous urinez moins que d’habitude.

L’utilisation du filgrastim est associée à un effet indésirable fréquent, les douleurs dans les muscles ou les os (douleurs musculo-squelettiques), lesquelles peuvent être soulagées en prenant des médicaments

classiques contre la douleur (antalgiques). Chez les patients recevant une greffe de cellules souches ou de moelle osseuse, une réaction du greffon contre l’hôte (GvH) peut se produire. Il s’agit d’une

réaction des cellules du donneur contre le patient recevant la greffe ; les signes et symptômes peuvent être notamment une éruption cutanée sur la paume des mains et la plante des pieds ainsi que des

ulcérations et des plaies dans la bouche, l’intestin, le foie, la peau ou les yeux, les poumons, le vagin et les articulations. Chez les donneurs sains de cellules souches, il est très fréquent d’observer une

augmentation du nombre des globules blancs (leucocytose) et une diminution des plaquettes, réduisant la capacité du sang à coaguler (thrombocytopénie) ; ces effets seront surveillés par votre médecin.

Effets indésirables très fréquents (peut toucher plus de 1 patient sur 10)

• diminution du nombre de plaquettes réduisant la capacité du sang à coaguler (thrombocytopénie)

• faible nombre de globules rouges (anémie)

• maux de tête

• diarrhées

• vomissements

• nausées

• chute ou amincissement inhabituels des cheveux (alopécie)

• fatigue

• douleur et gonflement de la paroi du tube digestif qui s’étend de la bouche à l’anus (inflammation des muqueuses)

• fièvre (pyrexie)

Effets indésirables fréquents (peut toucher jusqu’à 1 patient sur 10)

• inflammation des poumons (bronchite)

• infection des voies respiratoires supérieures

• infection des voies urinaires

• diminution de l’appétit

• troubles du sommeil (insomnie)

• sensations vertigineuses

• diminution de la sensibilité, surtout au niveau de la peau (hypoesthésie)

• picotements ou engourdissement des mains ou des pieds (paresthésie)

• pression artérielle faible (hypotension)

• pression artérielle élevée (hypertension)

• toux

• toux avec sang dans les crachats (hémoptysie)

• douleur dans la bouche et la gorge (douleur oropharyngée)

• saignement de nez (épistaxis)

• constipation

• douleur buccale

• augmentation du volume du foie (hépatomégalie)

• éruption cutanée

• rougeur de la peau (érythème)

• spasme musculaire

• douleur lors de l’émission des urines (dysurie)

• faiblesse généralisée (asthénie)

• sensation de malaise général

• gonflement des mains et des pieds (œdème périphérique)

• augmentation du taux sanguin de certaines enzymes

• modifications de la composition chimique du sang

• réaction transfusionnelle

Effets indésirables peu fréquents (peut toucher jusqu’à 1 patient sur 100)

• augmentation du nombre de globules blancs (hyperleucocytose)

• réaction allergique (hypersensibilité)

• rejet de la moelle osseuse greffée (réaction du greffon contre l’hôte)

• élévations du taux sanguin d'acide urique, qui peut entraîner la goutte (hyperuricémie) (Élévation de l’uricémie)

• détérioration du foie provoquée par le blocage des petites veines situées dans le foie (syndrome veino-occlusif)

• poumons ne fonctionnant pas comme ils le devraient, entraînant un essoufflement (insuffisance respiratoire)

• gonflement et/ou présence de liquide dans les poumons (œdème pulmonaire)

• inflammation des poumons (pneumopathie interstitielle)

• radiographies anormales des poumons (infiltrations pulmonaires)

• saignement au niveau des poumons (hémorragie pulmonaire)

• absorption insuffisante d’oxygène dans les poumons (hypoxie)

• éruption cutanée bosselée (éruption maculopapulaire)

• maladie qui rend les os moins denses, plus faibles, plus fragiles et plus susceptibles de se fracturer (ostéoporose)

• réaction au site d’injection

Effets indésirables rares (peut toucher jusqu'à 1 personne sur 1 000)

• douleur sévère dans les os, la poitrine, l’intestin ou les articulations (anémie falciforme avec crise)

• réaction allergique soudaine pouvant mettre la vie du patient en danger (réaction anaphylactique)

• douleurs et gonflements des articulations, similaires à la goutte (pseudogoutte)

• modification de la façon dont le corps régule les liquides qu’il contient, pouvant entraîner un gonflement (modifications des volumes hydriques)

• inflammation des vaisseaux sanguins dans la peau (vascularite cutanée)

• plaques violacées, en relief, douloureuses sur les membres et parfois sur le visage et le cou, accompagnées de fièvre (syndrome de Sweet)

• aggravation de la polyarthrite rhumatoïde

• modifications inhabituelles des urines

• diminution de la densité osseuse

• inflammation de l’aorte (le grand vaisseau sanguin qui achemine le sang du coeur dans le corps), voir rubrique 2.

Déclaration des effets secondaires

votre infirmier/ère. Ceci s’applique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de

Liste des effets indésirables possibles :

Augmentation de taille du foieHémorragie pulmonaireInsuffisance respiratoirePerte des cheveux ou de poilsAnémieAortiteTroubles de l'appétitBronchiteCalcification tissulaire SAIConstipationTouxCytopénieDiarrhéeRespiration difficileHémorragie nasaleFièvreMal de têteCrachats à traces de sangAllergieHypertensionHypoesthésiePA basseLeucocytoseMal au coeurNerveux/nerveuseDouleurParesthésiePneumonieOedème pulmonaireConvulsionsTrouble de la peauHypertrophie de la ratePeau rougeInfection urinaireVascularite SAIVomiSyndrome de SweetInfiltration pulmonaireHypoxieInfection systémiqueRétention d'acide uriqueInsomnieAffections respiratoires NCAHémoglobine EInfestationDouleur oropharyngéeInfection