Notice médicament

information medicament
doodle
Téléchargez l’app Goodmed
appstoregoogle play

CEFAZOLINE PANPHARMA 1 g/3 ml, poudre et solution pour usage parentéral (IM)

À quoi sert ce médicament ?

Ce médicament est préconisé dans les infections bactériennes localisées ou généralisées à germe sensible, notamment dans les manifestations: ORL, broncho-pulmonaires, stomatologiques, urogénitales, ostéo-articulaires, cutanées, séreuses, septicémiques et endocarditiques.

Que contient ce médicament ?

céfazoline

Comment le prendre ?

Veillez à toujours utiliser ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

Posologie

A titre indicatif, la posologie usuelle est:

Adultes: 0,50 g à 1 g toutes les 8 à 12 heures.

Cette posologie peut être augmentée en fonction de la sévérité de l'infection.

Enfants et nourrissons de plus de 30 mois (IM): 25 à 50 mg/kg et par 24 heures.

Cette posologie peut être augmentée en fonction de la sévérité de l'infection.

N.B.: la sécurité d'emploi de ce produit chez les prématurés et les nourrissons de moins d'un mois n'ayant pas été établie, il n'est pas recommandé d'utiliser la céfazoline chez ces patients.

      Mode d'administration

      La céfazoline s'administre par voie IM profonde.

      Administration IM: la forme ne doit pas être utilisée chez l'enfant de moins de 30 mois (solvant au chlorhydrate de lidocaïne). Dissoudre la poudre à l'aide du solvant qui l'accompagne et injecter en IM profonde. La solution reconstituée est stable pendant 24 heures à la température ambiante. La quantité de solvant à 0,5% de lidocaïne est de 3 ml. La solution, une fois reconstituée, peut avoir une coloration jaune qui est normale.

      Si vous avez utilisé plus de CEFAZOLINE PANPHARMA 1 g/3 ml, poudre et solution pour usage parentéral (IM) que vous n’auriez dû

      Consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien.

      Comme pour l'ensemble des antibiotiques appartenant à cette classe thérapeutique, l'administration de ce médicament, en particulier en cas de surdosage, peut entrainer un risque d'encéphalopathie pouvant se traduire par une confusion, des troubles de la conscience, une crise convulsive ou encore des mouvements anormaux. Si de tels troubles apparaissent, consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien (voir rubrique 2 et 4).

      Si vous avez d’autres questions sur l’utilisation de ce médicament, demandez plus d’informations à votre médecin ou à votre pharmacien.

      Quels sont ses effets indésirables possibles ?

      Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

      Très rare : atteint moins de 1 patient sur 10.000

        · Quelques cas d'entérocolite pseudo-membraneuse (maladie chronique du gros intestin caractérisée par l'expulsion de fausses membranes ou de glaires, une diarrhée et des douleurs de l'abdomen) ont été rapportés.

      Fréquence indéterminée : leur fréquence est inconnue

        · Manifestations allergiques : éruptions cutanées, urticaire, fièvre, démangeaisons, angiœdème (gonflement des paupières, du visage, de la langue, du cou), choc anaphylactique (réaction allergique grave qui peut entrainer des difficultés à respirer).

        · Manifestations digestives: diarrhée, nausées, perte d'appétit, vomissements.

        · Manifestations hématologiques: quantité excessive ou insuffisante de certains éléments du sang, trouble de la coagulation sanguine.

        · Manifestations vasculaires : saignement, choc hémorragique.

        · Manifestations hépatiques : anomalies transitoires de la fonction du foie (élévation des concentrations sanguines de certaines enzymes du foie), ictère cholestatique (jaunissement de la peau et du blanc des yeux), inflammation réversible du foie (hépatite).

        · Toxicité rénale surtout lors d'associations à d'autres médicaments tels que les aminosides et les diurétiques puissants.

        · Troubles généraux et anomalies au site d’administration : inflammation au point d'injection, induration au point d’injection, fièvre, inflammation d’une veine (phlébite).

        · Infections et infestations : candidose buccale ou vaginale (infections par un champignon microscopique).

        · Manifestations au niveau du système nerveux central : maux de tête, vertiges, paresthésie (sensation de picotement, fourmillement, au niveau de la peau), troubles neurologiques graves appelés encéphalopathies à type confusion, des troubles de la conscience, une crise convulsive ou encore des mouvements anormaux en particulier en cas de fortes posologies ou de dysfonctionnement des reins (voir rubriques 2 et 3).

      Déclaration des effets secondaires