Notice médicament

information medicament

ZONEGRAN 25 mg, gélule

À quoi sert ce médicament ?

Zonegran contient le principe actif zonisamide et est utilisé comme médicament antiépileptique.

Zonegran est indiqué pour traiter les crises touchant une partie du cerveau (crises partielles), pouvant être suivies ou non d’une crise touchant l’ensemble du cerveau (généralisation secondaire).

Zonegran peut être utilisé :  seul, pour traiter les crises d’épilepsie chez les adultes,

 en association avec d’autres médicaments antiépileptiques pour traiter les crises d’épilepsie chez les adultes, adolescents et enfants à partir de 6 ans.

Que contient ce médicament ?

zonisamide

Quel est son taux de remboursement ?

Taux de remboursement: 65%

Prix: 5.18

Comment le prendre ?

Veillez à toujours prendre ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

Dose recommandée chez l’adulte

Si vous prenez Zonegran seul :  La dose initiale est de 100 mg une fois par jour.

 Elle pourra être augmentée par paliers de 100 mg au maximum à intervalles de deux semaines.  La dose recommandée est de 300 mg une fois par jour.

Si vous prenez Zonegran en association avec d’autres médicaments antiépileptiques :  La dose initiale est de 50 mg une fois par jour, répartie en deux doses égales de 25 mg.

 Elle pourra être augmentée par paliers de 100 mg au maximum à intervalles d’une à deux semaines.

 La dose quotidienne recommandée varie entre 300 mg et 500 mg.  Certains patients peuvent répondre à des doses plus faibles. La posologie peut être augmentée plus

lentement en cas d’effets indésirables, chez les sujets âgés ou si vous avez un problème rénal ou hépatique.

Utilisation chez les enfants (âgés de 6 à 11 ans) et les adolescents (âgés de 12 à 17 ans) dont le poids est d’au moins 20 kg :

 La dose initiale est de 1 mg par kg de poids corporel une fois par jour.  Elle pourra être augmentée par paliers de 1 mg par kg de poids corporel à intervalles d’une à deux

semaines.  La dose quotidienne recommandée est de 6 à 8 mg par kg de poids corporel pour un enfant pesant

jusqu’à 55 kg ou 300 à 500 mg pour un enfant pesant plus de 55 kg (selon la dose la plus faible) une fois par jour.

Exemple : chez un enfant pesant 25 kg, la dose doit être de 25 mg une fois par jour pendant la

première semaine, puis la dose quotidienne doit être augmentée de 25 mg au début de chaque semaine jusqu’à ce qu’une dose quotidienne de 150 mg à 200 mg soit atteinte.

Si vous pensez que l’effet de Zonegran est trop fort ou trop faible, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

 Les gélules de Zonegran doivent être avalées entières avec de l’eau.

 Ne pas mâcher les gélules.  Zonegran peut être pris une ou deux fois par jour, selon les indications de votre médecin.

 Si vous devez prendre Zonegran deux fois par jour, la moitié de la dose quotidienne doit être prise le matin et l’autre moitié le soir.

Si vous avez pris plus de Zonegran que vous n'auriez dû

Si vous avez pris plus de Zonegran que vous n’auriez dû, signalez-le immédiatement à un proche (un

parent ou un ami), à votre médecin ou à votre pharmacien, ou allez au service des urgences de l’hôpital le plus proche, en emportant votre médicament. Vous pouvez présenter une somnolence et

vous pouvez perdre connaissance. Vous pourriez également ressentir des nausées, des maux d’estomac, des contractions musculaires, des mouvements involontaires des yeux, un malaise, ou

présenter un ralentissement des battements du cœur ou de la respiration et une diminution du fonctionnement de vos reins. N’essayez pas de conduire.

Si vous oubliez de prendre Zonegran

 Si vous oubliez de prendre une dose, ne vous inquiétez pas et prenez la dose suivante à l’heure

habituelle.  Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre.

Si vous arrêtez de prendre Zonegran

 Zonegran est indiqué pour des traitements prolongés. Vous ne devez diminuer la dose qui vous a été prescrite ou arrêter le traitement que sur les indications de votre médecin.

 Si votre médecin vous conseille d’arrêter le traitement, la posologie de Zonegran sera diminuée progressivement pour limiter le risque d’une augmentation du nombre des crises.

Si vous avez d’autres questions sur l’utilisation de ce médicament, demandez plus d’informations à votre médecin ou à votre pharmacien.

Quels sont ses effets indésirables possibles ?

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Zonegran appartient à une famille de médicaments (sulfonamides) pouvant provoquer des réactions

allergiques graves, des éruptions cutanées graves et des troubles sanguins, pouvant être mortels dans de très rares cas.

Contactez votre médecin immédiatement si vous

:  avez des difficultés à respirer, un gonflement du visage, des lèvres ou de la langue, ou une

éruption cutanée grave, car ces symptômes peuvent être le signe d’une réaction allergique grave.  présentez des signes de coup de chaleur : température corporelle élevée mais avec peu ou pas de

transpiration, battements de cœur et respiration rapides, crampes musculaires et confusion.  avez des pensées d’automutilation ou de suicide (vous infliger des blessures ou vous donner la

mort). Un petit nombre de patients traités par des antiépileptiques tels que Zonegran ont eu des pensées d’automutilation ou suicidaires.

 avez des douleurs dans les muscles ou une sensation de faiblesse, car ceci peut être le signe d’une destruction musculaire anormale pouvant être à l’origine de problèmes rénaux.

 ressentez une douleur soudaine dans le dos ou à l’estomac, si vos mictions sont douloureuses ou si vous remarquez la présence de sang dans vos urines, car cela peut être le signe de calculs rénaux.

 développez des troubles oculaires tels qu’une douleur oculaire ou une vision floue pendant le traitement par Zonegran.

Contactez votre médecin dès que possible si vous :

 avez une éruption cutanée inexpliquée, car elle pourrait évoluer en éruption cutanée plus grave ou en desquamation (décollement de la peau).

 ressentez une fatigue inhabituelle ou si vous vous sentez fiévreux, si vous avez mal à la gorge, les ganglions lymphatiques gonflés, ou si vous trouvez que vous avez plus facilement des bleus, car

cela peut signifier que vous avez des troubles sanguins.  présentez des signes d’augmentation du taux d’acide dans le sang : maux de tête, somnolence,

essoufflement et perte d’appétit. Votre médecin aura peut-être besoin de surveiller et traiter cette anomalie.

Votre médecin pourra décider d’arrêter votre traitement par Zonegran.

Les effets indésirables les plus fréquents de Zonegran sont d’intensité légère. Ils surviennent pendant

le premier mois de traitement, et diminuent habituellement avec la poursuite du traitement. Chez les enfants âgés de 6 à 17 ans, les effets indésirables sont similaires à ceux décrits ci-dessous, avec les

exceptions suivantes : pneumonie, déshydratation, diminution de la transpiration (fréquent) et anomalies des enzymes hépatiques (peu fréquent).

Effets indésirables très fréquents

(peuvent affecter plus de 1 patient sur 10) :  agitation, irritabilité, confusion, dépression.

 troubles de la coordination musculaire, vertiges, troubles de la mémoire, somnolence, vision double.

 perte d’appétit, diminution du taux sanguin de bicarbonates (substance empêchant le sang de devenir acide).

Effets indésirables fréquents

 éruptions cutanées, démangeaisons (prurit), réactions allergiques, fièvre, fatigue, symptômes ressemblant à ceux de la grippe, chute des cheveux (alopécie).

 ecchymose (petit bleu dû à un écoulement de sang dans la peau à partir des vaisseaux sanguins endommagés).

 perte de poids, nausées, indigestion, douleurs abdominales, diarrhée (selles molles), constipation.  gonflement (œdème) des pieds et des jambes.

Effets indésirables très rares

(peuvent affecter jusqu’à 1 patient sur 10 000) :  hallucinations, insomnie, pertes de mémoire, coma, syndrome malin des neuroleptiques

(incapacité à bouger, transpiration, fièvre, incontinence), état de mal épileptique (crises d’épilepsie prolongées ou répétées).

 troubles respiratoires, essoufflement, inflammation des poumons.  inflammation du pancréas (douleur intense à l’estomac ou dans le dos).

 troubles hépatiques, insuffisance rénale, élévation du taux sanguin de créatinine (un déchet qui est normalement éliminé par les reins).

 éruptions cutanées graves ou desquamation (décollement de la peau) (pouvant s’accompagner de malaise ou de l’apparition de fièvre).

 destruction anormale des muscles (vous pourriez ressentir une douleur ou faiblesse musculaire) pouvant conduire à des problèmes rénaux.

 adénomégalie (augmentation de volume des ganglions lymphatiques), troubles sanguins (diminution du nombre de cellules sanguines pouvant augmenter le risque d’infection, entraîner

une pâleur, une sensation de fatigue, vous rendre fiévreux(euse), ou entraîner l’apparition plus fréquente de bleus).

 diminution de la transpiration, coup de chaleur.  glaucome, qui est une obstruction de l’évacuation du liquide à l’intérieur de l’œil, entraînant une

augmentation de la pression dans l’œil. Une douleur oculaire, une vision floue ou une baisse de vision peuvent survenir et peuvent être des signes de glaucome.

Déclaration des effets secondaires

Ceci s’applique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration