Notice médicament

information medicament
doodle
Téléchargez l’app Goodmed
appstoregoogle play

CEFEPIME SUBSTIPHARM 2 g, poudre pour solution injectable (IV)

À quoi sert ce médicament ?

Ce médicament est un antibiotique de la famille des bêta-lactamines du groupe des céphalosporines.

Ce médicament est indiqué dans le traitement de certaines infections bactériennes dues aux germes sensibles au céfépime.

Que contient ce médicament ?

céfépime

Quel est son taux de remboursement ?

Taux de remboursement: 65%

Prix: 11.68

Comment le prendre ?

Veillez à toujours utiliser ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin ou pharmacien. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

Posologie

La posologie varie selon l'indication thérapeutique et l'âge du patient. Chez le nourrisson et l'enfant, elle est exprimée en kg de poids corporel.

A titre indicatif, la posologie usuelle est :

    · Chez l'adulte et l’enfant > 40 kg : de 1 g 2 fois par jour à 2 g, 2 à 3 fois par jour.

    · Chez le nourrisson et l'enfant < 40 kg : 50 mg/kg, 3 fois par jour.

La posologie doit être adaptée en cas d'insuffisance rénale.

Mode et voie d'administration

Voie intraveineuse (0,5 g, 1 g, 2 g).

Le céfépime peut être mis en solution avec de l'eau pour préparation injectable ou tout autre solvant compatible (cf. paragraphe compatibilité).

Volume de reconstitution avant administration

Les solutions reconstituées destinées à la voie intraveineuse peuvent être administrées directement en IV lente (3 à 5 minutes) ou par l'intermédiaire de la tubulure de perfusion ou bien directement dans le liquide de perfusion compatible, à administrer en 30 minutes.

Compatibilité

Le céfépime est compatible avec les solvants et solutions suivants : Chlorure de sodium 0,9 % (avec ou sans glucose 5 %), glucose 5 ou 10 %, liquide de Ringer (avec ou sans glucose 5 %).

Le céfépime peut être administré simultanément avec d'autres antibiotiques à condition de ne pas utiliser la même seringue, la même perfusion ni le même site d'injection.

Comme avec d'autres céphalosporines, la solution reconstituée peut évoluer vers une coloration jaune-ambrée ne correspondant pas à une perte d'activité.

Fréquence d'administration

2 à 3 fois par jour.

Durée du traitement

Pour être efficace, cet antibiotique doit être utilisé régulièrement aux doses prescrites, et aussi longtemps que votre médecin vous l'aura conseillé.

La disparition de la fièvre ou de tout autre symptôme ne signifie pas que vous êtes complètement guéri. L'éventuelle impression de fatigue n'est pas due au traitement antibiotique mais à l'infection elle-même. Le fait de réduire ou de suspendre votre traitement serait sans effet sur cette impression et retarderait votre guérison.

Si vous avez utilisé plus de CEFEPIME SUBSTIPHARM 2 g, poudre pour solution injectable (IV) que vous n’auriez dû :

Comme pour l’ensemble des antibiotiques appartenant à cette classe thérapeutiques, l’administration de ce médicament, en particulier en cas de surdosage, peut entraîner un risque d’encéphalopathie pouvant se traduire par une confusion, des troubles de la conscience, une crise convulsive ou encore des mouvements anormaux. Si de tels troubles apparaissent, consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien (voir rubriques 2 et 4).

Si vous oubliez d’utiliser CEFEPIME SUBSTIPHARM 2 g, poudre pour solution injectable (IV) :

Sans objet.

Si vous arrêtez d’utiliser CEFEPIME SUBSTIPHARM 2 g, poudre pour solution injectable (IV) :

Sans objet.

Quels sont ses effets indésirables possibles ?

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Effet indésirable très fréquent (pouvant affecter plus d’1 personne sur 10) :

    · test de Coombs faussement positif (méthode de détermination des taux d'anticorps).

Effets indésirables fréquents (pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 10) :

    · diminution du nombre de globules rouges et de leur teneur en hémoglobine (anémie)

    · augmentation du nombre de certains globules blancs : les leucocytes (éosinophilie)

    · diarrhée

    · éruption cutanée étendue (rash)

    · réaction au site de perfusion

    · augmentation des phosphatases alcalines (enzymes)

    · augmentation du taux de transaminases (enzymes du foie)

    · augmentation de la bilirubinémie (taux de bilirubine dans le sang)

    · augmentation du temps de coagulation du sang (augmentation du temps de prothrombine et de céphaline-activée).

Effets indésirables peu fréquents (pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 100) :

    · infection de la bouche due à certains champignons microscopiques (candidose orale)

    · chute du nombre de certains globules blancs : les leucocytes (leucopénie)

    · chute du nombre de certains globules blancs : les neutrophiles (neutropénie)

    · taux anormalement bas des plaquettes (thrombocytopénie)

    · inflammation due à un caillot qui obstrue une veine après administration par voie intra-veineuse (phlébite et thrombophlébite)

    · nausées, vomissements

    · démangeaisons (prurit), urticaire, rougeur de la peau (érythème),

    · inflammation au site de perfusion

    · douleur et inflammation au point d’injection (voie intra-veineuse ou intra-musculaire)

    · fièvre

    · augmentation de marqueurs de la fonction rénale (urée et/ou créatinine dans le sang).

Effets indésirables rares (pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 1000) :

    · infections dues à certains champignons microscopiques (candidoses)

    · réactions allergiques (réactions anaphylactiques)

    · rétention de liquide sous la peau ou les muqueuses (angioedème)

    · maux de tête (céphalées)

    · sensation de picotement, de fourmillement (paresthésie)

    · difficulté à respirer (dyspnée)

    · constipation

    · dysfonctionnements du rein (insuffisance rénale)

    · démangeaisons génitales (prurit génital)

    · frissons.

Effets indésirables très rares (pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 10000) :

    · inflammation du vagin (infections vaginales)

    · réaction allergique généralisée sévère (malaise brutal avec chute de la pression artérielle) (choc anaphylactique)

    · convulsions, modification du goût (dysgeusie), sensation de vertiges

    · diminution de la tension artérielle (hypotension)

    · augmentation du calibre des vaisseaux sanguins (vasodilatation)

    · inflammation de l’intestin (colite)

    · inflammation de l’intestin avec diarrhée et /ou douleurs abdominales (colite pseudomembraneuse)

    · douleur abdominale (ventre)

    · ulcères dans la bouche (ulcération buccale)

    · diminution du taux du phosphore dans le sang (diminution de la phosphorémie).

Effets indésirables dont la fréquence est inconnue :

    · chute du nombre de globules rouges (anémie aplasique)

    · destruction des globules rouges (anémie hémolytique)

    · chute importante du nombre de certains globules blancs : les neutrophiles (agranulocytose)

    · troubles neurologiques graves appelés encéphalopathies à type de confusion, des troubles de la vigilance et de la conscience, une crise convulsive ou encore des mouvements anormaux, coma, hallucinations en particulier en cas de fortes posologies et/ou de dysfonctionnement des reins notamment chez des sujets âgés (voir rubriques 2 et 3)

    · risque d’hémorragie

    · conditions graves de la peau connues sous le nom d’épidermolyse toxique, dans laquelle la mort cellulaire provoque la séparation de l’épiderme (couche extérieure) du derme (couche intermédiaire)

    · rougeur inflammatoire de la peau accompagnée de cloques et de fièvre (syndrome de Stevens-Johnson)

    · rougeurs inflammatoires de la peau (érythème polymorphe)

    · lésions rénales (néphropathie toxique)

    · recherche faussement positive de sucre dans les urines (glycosurie faussement positive).

Les effets indésirables :

AnémieDiarrhéeÉosinophilieÉruption cutanéeHyperbilirubinémieTemps de céphaline activéeTrouble de la peauFacteur II augmentéASATTest de Coombs positifRéaction au site de perfusion