Notice médicament

information medicament
doodle
Téléchargez l’app Goodmed
appstoregoogle play

PALEXIA LP 100 mg, comprimé à libération prolongée

À quoi sert ce médicament ?

Le tapentadol – la substance active contenue dans PALEXIA LP - est un antalgique puissant qui appartient à la classe des opioïdes. PALEXIA LP est utilisé pour le traitement des douleurs chroniques sévères de l’adulte qui ne peuvent être traitées que par des antalgiques opioïdes.

Que contient ce médicament ?

tapentadol

Comment le prendre ?

Veillez à toujours prendre ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin ou pharmacien. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

Votre médecin ajustera la dose en fonction de l’intensité de votre douleur et de votre sensibilité personnelle à la douleur. D'une manière générale, il faut prendre la dose minimale qui soulage la douleur.

Posologie

Adulte

La posologie habituelle est de 1 comprimé toutes les 12 heures. Il n’est pas recommandé de prendre des doses quotidiennes totales de PALEXIA LP 100 mg, comprimé à libération prolongée supérieures à 500 mg par jour. Si nécessaire, votre médecin peut vous prescrire un dosage ou un délai entre les doses plus approprié. Si vous sentez que l’effet de ces comprimés est trop fort ou trop faible, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien.

Patients âgés

Chez les patients âgés (plus de 65 ans), un ajustement des doses n’est généralement pas nécessaire. Cependant, l’excrétion du tapentadol peut être retardée chez certains patients de ce groupe d’âge. Si vous êtes concerné, votre médecin pourra vous proposer une posologie différente.

Maladie du foie ou des reins (insuffisance)

Les patients qui ont des problèmes sévères du foie ne doivent pas prendre ce médicament. Si vous avez des problèmes hépatiques d’intensité modérée, votre médecin pourra vous recommander une posologie différente. En cas de problèmes légers du foie, un ajustement de la posologie n’est pas nécessaire.

Les patients atteints de problèmes sévères des reins ne doivent pas prendre ce médicament. En cas de problèmes rénaux d’intensité légère à modérée, un ajustement de la posologie n’est pas nécessaire.

Enfants et adolescents

PALEXIA LP 100 mg, comprimé à libération prolongée n’est pas recommandé chez l’enfant et l’adolescent de moins de 18 ans.

Mode d’administration

PALEXIA LP 100 mg, comprimé à libération prolongée est à prendre par voie orale.

Il faut avaler les comprimés entiers avec une quantité suffisante de liquide.

Les comprimés ne doivent pas être mâchés, cassés ou écrasés – cela pourrait entrainer un surdosage car la substance active sera libérée trop rapidement dans le corps.

Vous pouvez prendre ce médicament l’estomac vide ou avec les repas.

Il est possible que l’enveloppe du comprimé ne soit pas complètement digérée et que vous la retrouviez dans vos selles. Ceci ne doit pas vous inquiéter, étant donné que la substance active du comprimé a déjà été absorbée par votre organisme et ce que vous voyez n’est que l’enveloppe du comprimé.

Il ne faut pas prendre les médicaments plus longtemps que la période indiquée par le médecin.

Si vous avez pris plus de PALEXIA LP 100 mg, comprimé à libération prolongée que vous n’auriez dû :

Consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien.

Après la prise de doses très fortes, vous pourriez présenter les effets suivants :un rétrécissement des pupilles, des vomissements, une chute de la pression artérielle, une accélération des battements cardiaques, un état de choc, des troubles de la conscience allant jusqu'au coma (inconscience profonde), des crises d'épilepsie et une respiration dangereusement lente ou peu profonde ou un arrêt respiratoire.

Si cela vous arrive, il faut immédiatement appeler un médecin.

Si vous oubliez de prendre PALEXIA LP 100 mg, comprimé à libération prolongée :

Si vous oubliez de prendre des comprimés, la douleur risque de réapparaître. N’augmentez pas la dose pour compenser les doses que vous avez oubliées, continuez simplement à prendre les comprimés comme avant.

Si vous arrêtez de prendre PALEXIA LP 100 mg, comprimé à libération prolongée :

Si vous interrompez ou arrêtez trop rapidement le traitement, la douleur risque de réapparaître. Si vous désirez arrêter le traitement, consultez votre médecin avant d’arrêter.

L'arrêt du traitement n’entraîne en général pas d’effet. Cependant, dans de rares cas, les personnes ne se sentent pas bien quand elles arrêtent brutalement le traitement après avoir pris ce médicament pendant quelques temps.

Si vous présentez l'un de ces troubles après l'arrêt du traitement, consultez votre médecin.

Vous ne devez pas arrêter votre traitement soudainement sans que votre médecin vous y ait autorisé. Si votre médecin souhaite que vous arrêtiez le traitement, il/elle vous dira comment procéder. Cela pourra inclure une réduction progressive des doses.

Si vous avez d’autres questions sur l’utilisation de ce médicament, demandez plus d’informations <à votre médecin ou à votre pharmacien.

Quels sont ses effets indésirables possibles ?

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Effets indésirables importants ou symptômes à surveiller et ce qu’il faut faire en cas de survenue :

Ce médicament peut entrainer des réactions allergiques. Les symptômes peuvent être une respiration sifflante, des difficultés à respirer, un gonflement des paupières, du visage ou des lèvres, une éruption cutanée ou des démangeaisons principalement celles touchant tout le corps.

Un autre effet indésirable sérieux est un état dans lequel vous respirez plus lentement ou moins profondément que d’habitude. Cela apparait plus fréquemment chez les patients âgés ou affaiblis.

Si vous êtes concerné par ces effets indésirables, contactez immédiatement votre médecin.

Autres effets indésirables qui peuvent apparaitre :

Très fréquent (peut concerner plus d’1 patient sur 10) : nausées, constipation, sensations de vertiges, somnolence, maux de tête.

Fréquent (peut concerner jusqu’à 1 patient sur 10 ) : diminution de l’appétit, anxiété, humeur dépressive, troubles du sommeil, nervosité, impatience, troubles de l’attention, tremblements, contractions musculaires, flush (accès de rougeur), essoufflements, vomissements, diarrhée, indigestion, démangeaisons, augmentation de la transpiration, éruption cutanée, sensation de faiblesse, fatigue, impression de changement de la température du corps, sécheresse des muqueuses, accumulation d’eau dans les tissus (œdème).

Peu fréquent (peut concerner jusqu’à 1 patient sur 100) : réactions allergiques aux médicaments (incluant gonflement sous la peau et urticaire et dans les cas sévères : difficulté à respirer, chute de la pression sanguine, perte de connaissance ou choc), perte de poids, désorientation, confusion, excitabilité (agitation), troubles de la perception, rêves anormaux, euphorie, diminution du niveau de conscience, troubles de la mémoire, troubles mentaux, évanouissement, sédation, troubles de l’équilibre, difficultés à parler, engourdissement, sensations anormales de la peau (ex picotements, fourmillements), vision anormale, augmentation du rythme cardiaque, diminution du rythme cardiaque, palpitations, diminution de la pression sanguine, gêne abdominale, urticaire, gêne pour uriner, urines fréquentes, troubles sexuels, syndrome de sevrage (voir rubrique « si vous arrêtez de prendre PALEXIA LP 100 mg, comprimé à libération prolongée »), impression d’être anormal, irritabilité.

Rare (peut concerner jusqu’à 1 patient sur 1000) : dépendance au traitement, pensée anormale, crise d’épilepsie, état proche de l’évanouissement, coordination anormale des membres, respiration dangereusement lente ou peu profonde (dépression respiratoire), troubles de la vidange gastrique, impression d’être ivre, impression de relâchement.

Fréquence indéterminée : délire

La probabilité d’avoir des idées et un comportement suicidaires est généralement augmentée chez les patients souffrant de douleur chronique. De plus, certains médicaments pour le traitement de la dépression (qui ont un impact sur le système des neurotransmetteurs dans le cerveau) peuvent augmenter ce risque, surtout au début du traitement. Bien que le tapentadol ait aussi des effets sur les neurotransmetteurs, les données d’utilisation du tapentadol chez l’humain ne mettent pas en évidence d’augmentation du risque de suicide.