Notice médicament

information medicament
doodle
Téléchargez l’app Goodmed
appstoregoogle play

SIROCTID 0,1 mg/ml, solution injectable ou solution à diluer pour perfusion en seringue préremplie

À quoi sert ce médicament ?

SIROCTID est un dérivé synthétique de la somatostatine, substance normalement présente dans l’organisme, et qui diminue l’effet de certaines hormones, comme l’hormone de croissance. Les avantages de SIROCTID sont d’être plus puissants que la somatostatine et ses effets durent plus longtemps.

SIROCTID est utilisé :

    · dans l’acromégalie, une affection dans laquelle l’organisme fabrique trop d’hormone de croissance. Normalement, l’hormone de croissance contrôle la croissance des tissus, des organes et des os. Un excès d’hormone de croissance entraîne une augmentation de la taille des os et des tissus, essentiellement au niveau des mains et des pieds. SIROCTID diminue de façon marquée les symptômes de l’acromégalie tels que maux de tête, transpiration excessive, sensation d’engourdissement dans les mains et les pieds, fatigue et douleurs articulaires.

    · pour soulager les symptômes associés à certaines tumeurs digestives (par ex., tumeurs carcinoïdes, VIPomes, glucagonomes, gastrinomes, insulinomes). Ces maladies sont caractérisées par une production excessive de certaines hormones et d’autres substances sécrétées par l’estomac, l’intestin ou le pancréas. Cette surproduction perturbe l’équilibre hormonal naturel de l’organisme, ce qui entraîne divers symptômes tels que bouffées de chaleur avec rougeurs cutanées, diarrhée, baisse de la pression artérielle, éruption cutanée et perte de poids. Le traitement par SIROCTID aide à contrôler ces symptômes.

    · pour prévenir les complications qui surviennent après une chirurgie du pancréas. Le traitement par SIROCTID aide à réduire le risque de complications (par ex., abcès dans l’abdomen, inflammation du pancréas) après l’opération.

    · pour stopper les saignements et protéger contre la réapparition de saignements dus à la rupture de varices œsophagiennes ou gastriques chez les patients atteints de cirrhose (maladie chronique du foie). Le traitement par SIROCTID aide à contrôler les saignements et à réduire la nécessité de recourir à une transfusion.

    · pour traiter les tumeurs hypophysaires qui produisent trop d’hormone de stimulation de la thyroïde (TSH). Trop d’hormone de stimulation de la thyroïde (TSH) entraîne une hyperthyroïdie. SIROCTID est utilisé pour traiter les personnes atteintes de tumeurs hypophysaires qui produisent trop d’hormone de stimulation de la thyroïde (TSH) :

    o lorsque d’autres types de traitement (chirurgie ou radiothérapie) ne conviennent pas ou n’ont pas fonctionné ;

    o après radiothérapie, pour couvrir la période transitoire jusqu’à ce que la radiothérapie soit pleinement efficace.

Que contient ce médicament ?

octréotide

Quel est son taux de remboursement ?

Taux de remboursement: 100%

Prix: 53.01

Comment le prendre ?

Veillez à toujours utiliser ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin ou pharmacien. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

Posologie

En fonction de la maladie traitée, SIROCTID est administré :

    · soit par injection sous-cutanée (sous la peau),

    Si vous êtes atteint(e) d’une cirrhose hépatique (maladie chronique du foie), le médecin pourra décider d’ajuster la dose d’entretien.

    Votre médecin ou infirmier/ère vous expliquera comment faire une injection de SIROCTID sous la peau ; en revanche, la perfusion dans une veine doit toujours être effectuée par un professionnel de santé.

    Le haut du bras, les cuisses et l’abdomen sont des régions appropriées pour les injections sous-cutanées.

    Choisissez un nouveau site pour chaque injection sous-cutanée afin de ne pas irriter une zone en particulier. Les patients devant procéder eux-mêmes aux injections doivent recevoir des instructions précises de leur médecin ou infirmier/ère.

    Si vous conservez ce médicament au réfrigérateur, il est recommandé de le laisser revenir à température ambiante avant de l’utiliser. Ceci réduira le risque de douleur au site d’injection. Vous pouvez le réchauffer en le tenant dans votre main mais ne le chauffez pas.

    Quelques patients ressentent une douleur à l’endroit de l’injection sous-cutanée. Cette douleur ne dure généralement que peu de temps. Si vous ressentez ce type de douleur, vous pouvez la soulager en massant doucement la zone de l’injection pendant quelques secondes après l’injection.

    Avant d’utiliser une seringue préremplie de SIROCTID, vérifiez que la solution ne contient pas de particules et n’a pas changé de couleur. N’utilisez pas le médicament si vous remarquez une anomalie.

    · Calculs biliaires, entraînant une douleur brutale dans le dos.

    Fréquent (peut affecter jusqu’à 1 personne sur 10) :

    · Thyroïde insuffisamment active (hypothyroïdie) entraînant une modification du rythme cardiaque, de l’appétit ou du poids ; fatigue, sensation de froid ou gonflement de la gorge.

    · Résultats anormaux lors des contrôles du fonctionnement de la thyroïde.

    · Inflammation de la vésicule biliaire (cholécystite) ; les symptômes peuvent inclure une douleur abdominale en haut à droite, de la fièvre, des nausées, un jaunissement de la peau et des yeux (jaunisse).

    · Taux de sucre dans le sang trop faible.

    · Altération de la tolérance au glucose.

    Peu fréquent (peut affecter jusqu’à 1 personne sur 100) :

    · Soif, faible quantité d’urines, urines foncées, sécheresse et rougeur de la peau.

    Autres effets indésirables graves :

    · Réactions d’hypersensibilité (allergie), notamment éruption cutanée.

    · Type de réaction allergique (anaphylaxie) pouvant entraîner des difficultés à avaler ou respirer, un gonflement et des picotements, avec une éventuelle chute de la pression artérielle avec des vertiges ou une perte de conscience.

    · Inflammation du pancréas (pancréatite) ; les symptômes peuvent inclure une douleur soudaine en haut de l’abdomen, des nausées, des vomissements et des diarrhées.

    · Inflammation du foie (hépatite) ; les symptômes sont notamment un jaunissement de la peau et des yeux (jaunisse), des nausées, des vomissements, une perte d’appétit, un sentiment général de malaise, des démangeaisons et des urines claires.

    · Rythme cardiaque irrégulier.

    Prévenez immédiatement votre médecin si vous remarquez l’un des effets indésirables mentionnés ci-dessus.

    · Diarrhée.

    · Douleurs abdominales.

    · Nausées.

    · Constipation.

    · Flatulences.

    · Céphalées.

    Fréquent (peut affecter jusqu’à 1 personne sur 10) :

    · Inconfort au niveau de l’estomac après les repas (dyspepsie).

    · Vomissements.

    · Sensation de plénitude de l’estomac.

    · Selles grasses.

    · Selles molles.

    · Selles décolorées.

    · Sensation vertigineuse.

    · Perte d’appétit.

    · Modification lors des contrôles de la fonction hépatique.

    · Chute de cheveux.

    · Essoufflement.

    Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, votre infirmier/ère ou votre pharmacien.

    Quelques patients ressentent une douleur à l’endroit de l’injection sous-cutanée. Cette douleur ne dure généralement que peu de temps. Si vous ressentez ce type de douleur, vous pouvez la soulager en massant doucement la zone pendant quelques secondes après l’injection.

    Si vous utilisez SIROCTID en injection sous-cutanée, les effets indésirables gastro-intestinaux peuvent être atténués si vous évitez de prendre vos repas au moment de l’injection. Il est donc recommandé d’injecter SIROCTID entre les repas ou avant le coucher.

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Ceci s’applique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.signalement-sante.gouv.fr.

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage d’informations sur la sécurité du médicament.

Quels sont ses effets indésirables possibles ?

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Certains effets indésirables peuvent être graves. Prévenez immédiatement votre médecin si vous présentez l’un des effets indésirables suivants :

Très fréquent (peut affecter plus d’1 personne sur 10) :

Liste des effets indésirables possibles :

Douleur abdominaleAcromégaliePerte des cheveux ou de poilsConstipationDiarrhéeIndigestionRespiration difficileÉruption cutanéeGazHypothyrodieSyndrome du QT longSyndrome carcinodeMal au coeurNerveux/nerveuseDouleurPareDémangeaisonsTrouble de la peauSelles grassesVomiT4 libreDiabète chimiqueSegment STSelles mollesAffections endocriniennes NCATransaminasesAffections respiratoires NCA