Notice médicament

information medicament

PELGRAZ 6 mg, solution injectable en seringue preremplie

À quoi sert ce médicament ?

Pelgraz contient comme substance active du pegfilgrastim. Le pegfilgrastim est une protéine produite par biotechnologie à partir d’une bactérie appelée E. coli. Il appartient au groupe des protéines

appelées cytokines, et est très proche d'une protéine naturelle (le facteur de croissance de la lignée granulocytaire) produite par notre organisme.

Pelgraz est utilisé pour réduire la durée des neutropénies (nombre faible de globules blancs dans le sang) et l’apparition des neutropénies fébriles (nombre faible de globules blancs associé à de la fièvre)

qui peuvent être dues à l’utilisation d’une chimiothérapie cytotoxique (médicaments qui détruisent rapidement des cellules en croissance). Les globules blancs sont importants car ils aident votre

organisme à combattre les infections. Ces globules blancs sont très sensibles aux effets de la chimiothérapie qui peut en diminuer le nombre dans l'organisme. Si les globules blancs diminuent

jusqu’à un taux faible, ils peuvent ne pas être assez nombreux dans l’organisme pour combattre les bactéries et le risque d’infection pourrait augmenter.

Votre médecin vous a prescrit Pelgraz pour stimuler votre moelle osseuse (partie de l’os qui produit

les cellules du sang) afin de produire plus de globules blancs qui aident l'organisme à lutter contre les infections.

Que contient ce médicament ?

pegfilgrastim

Quel est son taux de remboursement ?

Taux de remboursement: 100%

Prix: 539.41

Comment le prendre ?

Pelgraz est destiné aux adultes à partir de 18 ans.

Respectez toujours la posologie exacte indiquée par votre médecin. En cas d'incertitude, consultez votre médecin ou votre pharmacien. La dose recommandée est d’une injection de 6 mg par voie sous-

cutanée (injection sous la peau), administrée à l’aide d’une seringue préremplie, au moins 24 heures après votre dernière dose de chimiothérapie à la fin de chacun des cycles.

Ne pas agiter Pelgraz de façon excessive, cela pourrait altérer son activité.

Comment s’auto-administrer Pelgraz

Votre médecin peut estimer préférable que vous pratiquiez vous-même les injections de Pelgraz. Votre

médecin ou l’infirmier/ère vous montreront comment procéder. N'essayez pas de vous faire une injection sans avoir reçu une formation spéciale de la part de votre médecin ou de votre infirmier/ère.

Les instructions concernant l’auto-administration de Pelgraz sont présentées ci-dessous. Toutefois le

traitement approprié de votre maladie nécessite une coopération étroite et constante avec votre médecin.

En cas de doute concernant l’auto-administration, veuillez demander de l’aide à votre médecin ou à votre infirmier/ère.

Comment s’injecter Pelgraz

Vous devrez vous injecter le produit dans le tissu situé juste sous la peau. Il s’agit d’une injection sous-cutanée.

Matériel nécessaire pour l’injection

Pour vous administrer une injection sous-cutanée, vous aurez besoin :

d’une seringue préremplie de Pelgraz ;

de tampons imbibés d’alcool.

Que dois-je faire avant de m’administrer une injection sous-cutanée de Pelgraz ?

1. Sortir la seringue préremplie du réfrigérateur.

2. Ne pas retirer le capuchon de l’aiguille de la seringue avant d’être prêt(e) à pratiquer l’injection.

Quels sont ses effets indésirables possibles ?

Comme tous les médicaments, Pelgraz peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde. Veuillez contacter immédiatement votre médecin si vous ressentez un ou plusieurs des effets indésirables ci-dessous :

boursoufflure ou gonflement, qui peuvent être associés à une mauvaise circulation de l’eau,

difficultés respiratoires, gonflement abdominal et ballonnement, et sensation de fatigue générale. Ces symptômes apparaissent généralement de façon rapide.

Ceux-ci peuvent être les symptômes d’une affection peu fréquente (pouvant affecter jusqu’à 1

personne sur 100) appelée « Syndrome de Fuite Capillaire » qui provoque une fuite du sang des petits vaisseaux sanguins dans votre corps et nécessite une prise en charge médicale urgente.

Effets indésirables très fréquents (pouvant affecter plus de 1 personne sur 10) :

douleur osseuse. Votre médecin vous précisera comment soulager la douleur osseuse.

nausées et maux de tête.

Effets indésirables fréquents (pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 10) :

douleur au site d’injection.

douleur d’ordre général et douleurs au niveau des articulations et des muscles.

douleur dans la poitrine qui n’est pas causée par une maladie cardiaque ou par une crise cardiaque.

certaines modifications sanguines peuvent se produire ; celles-ci seront détectées lors

d’examens sanguins de routine. Le nombre de globules blancs peut augmenter pendant une courte durée. Le nombre de plaquettes peut diminuer et entraîner des ecchymoses.

Effets indésirables peu fréquents (pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 100) :

réactions de type allergique, incluant rougeur et bouffées vaso-motrices, rash cutané et démangeaisons.

réactions allergiques graves, incluant une anaphylaxie (faiblesse, chute de tension, difficultés respiratoires, gonflement du visage).

augmentation du volume de la rate.

rupture de la rate. Certains cas de rupture splénique ont entraîné une issue fatale. Il est important

de contacter immédiatement votre médecin en cas de douleur au flanc gauche ou en cas de douleur à l’épaule gauche. Ces signes peuvent révéler un problème au niveau de la rate.

un syndrome de Sweet (lésions douloureuses avec plaques violacées des membres et parfois de

la face et du cou avec de la fièvre) a été observé mais d’autres facteurs peuvent être mis en cause.

vascularite cutanée (inflammation des vaisseaux sanguins de la peau).

atteinte des minuscules filtres situés à l’intérieur de vos reins (glomérulonéphrite).

rougeur au site d’injection.

résultats anormaux aux analyses de sang (lactate déshydrogénase, acide urique et phosphatase alcaline).

résultats anormaux aux analyse de sang évaluant la fonction hépatique (alanine aminotransférase et aspartate aminotransférase).

crachat de sang (hémoptysie).

troubles sanguins (syndrome myélodysplasique [SMD] ou leucémie aiguë myéloïde [LAM]).

Effets indésirables rares (pouvant affecter jusqu’à 1 personne sur 1000) :

inflammation de l’aorte (le gros vaisseau sanguin qui transporte le sang du cœur vers le reste du corps), voir rubrique 2.

saignement au niveau des poumons (hémorragie pulmonaire).

syndrome de Stevens-Johnson, sous la forme de taches rougeâtres en cible ou sous forme de

taches circulaires présentant souvent des cloques en leur centre, situées sur le tronc, ou encore sous forme de desquamation de la peau et d’ulcérations de la bouche, de la gorge, du nez, des

parties génitales et des yeux, et qui peut être précédé de fièvre ou de symptômes s’apparentant à ceux de la grippe. Si l’un de ces symptômes apparaît, il convient de cesser d’utiliser Pelgraz et de consulter immédiatement un médecin. Voir également rubrique 2.

votre infirmier/ère. Ceci s’applique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de

Liste des effets indésirables possibles :

Réaction anaphylactiqueAnémie falciformeAortiteKysteFièvreMal de têteCrachats à traces de sangHémorragieAllergieMal au coeurNerveux/nerveusePneumoniePolypesOedème pulmonaireFibrose pulmonaireConvulsionsTrouble de la peauHypertrophie de la rateThrombopénieSyndrome de SweetLeucémie aiguëChimiothérapieHyperleucocytoseDouleur au site d'injectionVascularite cutanée SAIDétresse respiratoireAffections respiratoires NCA