Notice médicament

information medicament
doodle
Téléchargez l’app Goodmed
appstoregoogle play

BUPRENORPHINE VIATRIS 0,4 mg, comprimé sublingual

À quoi sert ce médicament ?

BUPRENORPHINE VIATRIS, comprimé sublingual est utilisé pour traiter la dépendance aux opioïdes (stupéfiants). Ce médicament est exclusivement réservé au traitement de substitution des pharmacodépendances, dans le cadre d'un suivi médical et psycho‑social, chez les patients qui ont accepté d’être traités pour leur dépendance aux opioïdes.

Le traitement par BUPRENORPHINE VIATRIS, comprimé sublingual est réservé aux adultes et adolescents de plus de 15 ans.

Que contient ce médicament ?

buprénorphine

Quel est son taux de remboursement ?

Taux de remboursement: 65%

Prix: 2.61

Comment le prendre ?

Veillez à toujours prendre ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin ou pharmacien. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

Instauration du traitement

La dose initiale recommandée chez l'adulte et l'adolescent âgé de plus de 15 ans est de 2 à 4 mg de Buprénorphine Viatris. Une dose supplémentaire de 2 à 4 mg peut être administrée le premier jour en fonction de vos besoins.

Vous devez présenter des signes manifestes de sevrage avant de prendre la première dose de Buprénorphine Viatris. L'évaluation du médecin au regard de votre aptitude à recevoir le traitement permettra de décider du moment où vous prendrez votre première dose de Buprénorphine Viatris.

    · Instauration du traitement par Buprénorphine Viatris lors d’une dépendance à l’héroïne : Si vous êtes dépendant à l'héroïne ou à un opioïde à courte durée d'action, vous devez prendre votre première dose de Buprénorphine Viatris lors de l'apparition des premiers signes de sevrage, au moins 6 heures après la dernière prise d'opioïdes.

    · Instauration du traitement par Buprénorphine Viatris lors d’une dépendance à la méthadone : Si vous prenez de la méthadone ou un opiacé à action prolongée, idéalement la dose de méthadone doit être réduite de manière à être inférieure à 30 mg/jour avant de commencer le traitement par Buprénorphine Viatris. La première dose de Buprénorphine Viatris doit être prise lorsqu'apparaissent les premiers signes de sevrage, mais doit intervenir au moins 24 heures après la dernière prise de méthadone.

Mode et voie d’administration

La voie sublinguale constitue la seule voie efficace et bien tolérée pour la prise de ce médicament.

    · Prenez la dose une fois par jour en plaçant les comprimés sous la langue.

    · Conservez les comprimés sous votre langue jusqu'à leur dissolution complète. Cela peut prendre 5 à 10 minutes.

    · Ne mâchez pas et n’avalez pas les comprimés, sous peine d’annuler leur effet et de risquer de provoquer des symptômes de sevrage.

    · Ne consommez pas des aliments ou des boissons tant que les comprimés ne sont pas complètement dissous.

Adaptation posologique et dose d'entretien

Au cours des jours qui suivent le début de votre traitement, votre médecin peut augmenter votre dose de Buprénorphine Viatris en fonction de vos besoins. Si vous avez l'impression que l'effet de Buprénorphine Viatris est trop fort ou trop faible, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. La dose quotidienne maximale est de 24 mg.

Après une période pendant laquelle le traitement aura été un succès, vous pourrez vous mettre d'accord avec votre médecin afin de diminuer progressivement la dose jusqu'à parvenir à une dose d'entretien plus faible.

Arrêt du traitement

La durée de traitement doit être déterminée individuellement pour chaque patient.

Un arrêt de traitement, par diminution progressive de la posologie, peut être envisagé, avec votre accord, après une stabilisation suffisante de votre état. Les doses doivent être diminuées par paliers successifs sous surveillance de votre médecin.

Ne pas modifier ou arrêter le traitement sans l'accord de votre médecin traitant.

L'efficacité du traitement dépend :

    · de la posologie,

    Si vous avez l’impression que l’effet de BUPRENORPHINE VIATRIS 0,4 mg, comprimé sublingual est trop fort ou trop faible, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

Quels sont ses effets indésirables possibles ?

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Parlez-en immédiatement à votre médecin ou consultez les urgences médicales si vous présentez :

    Parlez-en aussi à votre médecin si vous présentez :

    Les effets indésirables suivants observés avec la buprénorphine ont été rapportés en utilisant la convention suivante :

    · très fréquent (affecte plus de 1 patient sur 10) ;

    · fréquent (affecte de 1 à 10 patients sur 100) ;

    · peu fréquent (affecte de 1 à 10 patients sur 1 000) ;

    · rare (affecte de 1 à 10 patients sur 10 000) ;

    · très rare (affecte moins de 1 patient sur 10 000) ;

    Effets indésirables très fréquents :

    · Infection,

    · Insomnie (incapacité à dormir),

    · Céphalée (maux de tête),

    · Nausées,

    · Douleur abdominale,

    · Sueur excessive,

    Effets indésirables fréquents :

    · Pharyngite,

    · Agitation,

    · Anxiété,

    · Nervosité,

    · Migraine,

    · Paresthésie (picotement et engourdissement),

    · Somnolence,

    · Evanouissement,

    · Vertige,

    · Hyperkinésie (hyperactivité),

    · Chute de la tension artérielle lors du passage de la position assise ou couchée à la position debout,

    · Dyspnée (difficulté à respirer),

    · Constipation,

    · Vomissement,

    · Spasme musculaire,

    · Règles douloureuses,

    · Perte vaginale blanche,

    Effets indésirables rares :

    · Hallucination,

    Effets indésirables dont la fréquence est indéterminée :

    · Syndrome de sevrage médicamenteux néonatal,

    · Réactions d’hypersensibilité telles que rash, urticaire, démangeaisons,

    · Réactions sévères d’hypersensibilité telles que bronchospasme (contraction soudaine des muscles des bronches), dépression respiratoire, gonflement de la face, des lèvres, de la langue et/ou de la gorge, qui peuvent être des signes de réaction allergique pouvant engager le pronostic vital,

    Tous les opioïdes peuvent causer les effets indésirables additionnels suivants : crises d’épilepsie, myosis (contraction de la pupille), altération de la conscience.

Liste des effets indésirables possibles :

Douleur abdominaleAbus chronique d'alcoolUrticaire géanteAngoisseAsthénieSpasme bronchiqueConstipationDouleurs des règlesRespiration difficileÉruption cutanéeMal de têteHyperhidroseAllergieHypotension orthostatiqueMal au coeurNerveux/nerveuseParesthésieParePharyngiteSpasmesSyndrome de sevrageA perdu connaissanceUrticaireTête qui tourneVomiAgitationMigraineDépression respiratoireInsomnieSomnolenceInfectionHyperkinésieChoc allergique