information medicament

MIGPRIV, poudre pour solution buvable en sachet

À quoi sert ce médicament ?

Classe pharmacothérapeutique :

STIMULANT DE LA MOTRICITE INTESTINALE - code ATC : A03FA01

Ce médicament contient :

    · De l’aspirine. L’aspirine appartient à la famille des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens. L’aspirine peut être utilisée pour calmer la douleur (antalgique), faire baisser la fièvre (antipyrétique) et/ou diminuer l’inflammation.

    MIGPRIV est utilisé pour traiter la migraine et les troubles digestifs qu’elle peut provoquer tels que des nausées et des vomissements.

    MIGPRIV ne doit pas être pris pour prévenir les crises.

    Ce dosage est réservé aux adultes.

    · Si vous êtes allergique à l’aspirine et/ou au métoclopramide ou à l’un des autres composants contenus dans ce médicament, mentionnés dans la rubrique 6.

    · Si vous êtes allergique à un médicament de la même famille que l’aspirine (les anti-inflammatoires non stéroïdiens).

    · Si vous êtes enceinte, à partir du début du 6ème mois de grossesse (au-delà de 24 semaines d’aménorrhée)

    · Si vous avez déjà eu de l’asthme provoqué par la prise d’aspirine ou d’un médicament de la même famille.

    · Si vous souffrez actuellement d’un ulcère de l’estomac ou du duodénum.

    · Si vous avez une maladie grave du foie, des reins ou du cœur.

    · Durant le troisième trimestre de la grossesse (à partir du début du 6ème mois de grossesse).

    · Chez l’enfant de moins de 18 ans.

    · Si vous avez déjà présenté des mouvements musculaires anormaux après la prise de ce médicament, d’un médicament contre les nausées et les vomissements ou d’un médicament traitant des troubles psychiques.

    · Si vous avez ou pouvez avoir une tumeur rare de la glande surrénale, située près du rein (phéochromocytome).

    · Si vous avez des saignements de l’estomac ou de l’intestin, une perforation digestive ou si votre transit intestinal est perturbé par un problème appelé obstruction mécanique ou si votre médecin a identifié chez vous des risques de saignement.

    · Si vous avez eu dans le passé une maladie du sang (anomalie de l’hémoglobine) causée :

    o par la prise de ce médicament,

                                  Il est donc impératif de respecter la posologie et la durée du traitement recommandée (voir rubrique 3).

                                    · des mouvements anormaux prédominant au niveau de la langue et du visage, parfois irréversibles, peuvent apparaître pendant ou après un traitement prolongé par métoclopramide, en particulier chez le sujet âgé. Le risque d’apparition de ces effets augmente avec la durée d’exposition et la dose cumulative administrée.

                                    · une association de symptômes (appelé « syndrome malin des neuroleptiques ») caractérisé par une fièvre inexpliquée seule ou associée à une pâleur, des sueurs et une salivation abondantes, une irrégularité du rythme du cœur, des troubles de la circulation, de la respiration ou de la température (troubles des fonctions végétatives), des troubles de la conscience, une rigidité musculaire.

                                    · une coloration bleue au niveau de la peau et des muqueuses (à l’intérieur de la bouche, du nez, des oreilles ou des parties génitales) causée par une maladie héréditaire des globules rouges.

                                    · des saignements ou des douleurs dans le ventre, un rejet de sang par la bouche, une présence de sang dans les selles, une coloration des selles en noir.

                                    En cas d’administration prolongée de fortes doses d’antalgiques, vous ne devez pas augmenter les doses de MIGPRIV en cas de maux de tête.

                                    L’utilisation régulière de médicaments soulageant la douleur peut conduire à des complications rénales.

                                    Il a été prouvé que ce médicament peut diminuer la fertilité féminine en agissant sur l’ovulation. Cet effet est réversible à l’arrêt du traitement.

                                    · Si vous prenez des doses supérieures à 20 mg/semaine de méthotrexate (médicament utilisé pour traiter les maladies des articulations et certains cancers).

                                    · Si vous prenez un anticoagulant par voie orale (médicament utilisé pour fluidifier le sang) et que vous avez un antécédent d’ulcère de l’estomac ou du duodénum.

                                    Sauf avis contraire de votre médecin, vous ne devez pas prendre MIGPRIV en même temps que :

                                    · un anticoagulant oral, une héparine, de la ticlopidine ou du clopidogrel, (médicaments utilisés pour fluidifier le sang),

                                    · un médicament à base d’anagrélide (médicament utilisé pour diminuer le nombre de plaquettes dans le sang),

                                    · un anti‐inflammatoire non stéroïdien ou un corticoïde (médicaments utilisés pour traiter une maladie rhumatismale, des douleurs ou une inflammation),

                                    · un diurétique (substance qui augmente la production d’urine),

                                    · du pémétrexed (médicament utilisé pour traiter certains cancers) alors que vous avez une maladie des reins,

                                    · un médicament contenant de l’acétazolamide (médicament utilisé dans l’hypotonie oculaire, le mal des montagnes, les œdèmes post-traumatiques et post-opératoires),

                                    · la fluoxétine et la paroxétine (médicaments utilisés pour traiter la dépression),

                                    · du déférasirox (médicament utilisé dans la prise en charge de surcharges en fer),

                                    · un médicament utilisé pour traiter la goutte car MIGPRIV peut diminuer l’efficacité de ce médicament,

                                    · un médicament contenant de l’alcool car il peut augmenter le risque de somnolence,

                                    · le vaccin contre la varicelle : il est recommandé d’attendre 6 semaines après la vaccination avant de prendre ce médicament,

                                    · un médicament sédatif (médicament qui aide à dormir),

                                    · des bêta-bloquants (médicaments prescrits dans l’insuffisance cardiaque),

                                    · de la prilocaïne (médicament utilisé pour une anesthésie local de la peau),

                                    · de l’orlistat (médicament pour le traitement de l’obésité),

                                    Le métamizole (substance qui diminue la douleur et la fièvre) peut réduire l'effet de l'acide acétylsalicylique sur l'agrégation plaquettaire (adhérence des cellules sanguines entre elles et formation d'un caillot sanguin), lorsqu'il est pris en même temps. Par conséquent, cette association doit être utilisée avec prudence chez les patients prenant de l'aspirine à faible dose pour la cardioprotection.

                                    Grossesse, allaitement et fertilité

                                    Si vous êtes enceinte ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossesse, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien avant de prendre tout médicament.

                                    · Avant le début du 6ème mois de grossesse (jusqu’à la 24ème semaine d’aménorrhée), vous ne devez pas prendre ce médicament, sauf en cas d’absolue nécessité déterminée par votre médecin, en raison du risque potentiel de fausses couches ou de malformations. Dans ce cas, la dose devra être la plus faible possible et la durée du traitement la plus courte possible.

                                    Si vous avez pris ce médicament alors que vous étiez enceinte, parlez-en immédiatement à votre gynécologue obstétricien, afin qu’une surveillance adaptée vous soit proposée si nécessaire.

                                    MIGPRIV, poudre pour solution buvable en sachet contient de l’aspartam.

                                    Ce médicament contient de l’aspartam (voir le paragraphe ‘‘Ne prenez jamais MIGPRIV’’).

                                  Que contient ce médicament ?

                                  acide acétylsalicylique

                                  Quel est son taux de remboursement ?

                                  Taux de remboursement: 30%

                                  Prix: 7.34

                                  Comment le prendre ?

                                  Veillez à toujours prendre ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

                                  Cette présentation est RESERVEE A L’ADULTE.

                                  MIGPRIV ne doit pas être pris pour prévenir les crises.

                                  La dose habituelle est de 1 sachet par prise, dès l’apparition des signes annonçant la crise.

                                  Renouvelez 1 fois si nécessaire, avec un intervalle minimum de 6 heures entre 2 prises. Vous ne devez pas dépasser 3 sachets par jour.

                                  Si vous avez moins de 18 ans

                                  En raison de la présence de métoclopramide, MIGPRIV ne doit pas être utilisé.

                                  Si vous êtes âgé de plus de 65 ans

                                  Vous ne devez pas dépasser 2 sachets par jour. Les prises doivent être espacées d’au moins 6 heures.

                                  Si vous avez une maladie des reins ou du foie

                                  Consultez votre médecin si vous avez des problèmes rénaux ou hépatiques. Votre médecin réduira la dose que vous devez prendre.

                                  Mode et voie d’administration

                                  Ce médicament est utilisé par voie orale. Versez le contenu du sachet dans un verre puis ajoutez une petite quantité d’eau et agitez quelques secondes avant la prise.

                                  Durée du traitement

                                  Votre médecin vous dira pendant combien de temps vous devrez prendre ce médicament.

                                  Si vous avez pris plus de MIGPRIV, poudre pour solution buvable en sachet que vous n’auriez dû :

                                  Consultez immédiatement votre médecin (en particulier s’il s’agit d’un enfant qui a pris accidentellement ce médicament).

                                  Si vous oubliez de prendre MIGPRIV, poudre pour solution buvable en sachet :

                                  Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose simple que vous avez oublié de prendre.

                                  Si vous arrêtez de prendre MIGPRIV, poudre pour solution buvable en sachet :

                                  Sans objet.

                                  Si vous avez d’autres questions sur l’utilisation de ce médicament, demandez plus d’informations à votre médecin ou à votre pharmacien.

                                  Quels sont ses effets indésirables possibles ?

                                  Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

                                  Les effets indésirables suivants peuvent survenir :

                                    · Saignements digestifs visibles ou non (selles noires, sang dans les selles ou rejeté par la bouche). Les fortes doses augmentent les risques de saignements.

                                    · Perforation de l’estomac ou de l’intestin.

                                    · Réaction allergique : boutons et/ou rougeurs sur la peau, urticaire, brusque gonflement du visage ou du cou pouvant entrainer une difficulté à respirer (œdème de Quincke), malaise brutal avec baisse importante de la pression artérielle (choc anaphylactique).

                                    · Eruption cutanée en plaques rouges arrondies avec démangeaison et sensation de brûlure, laissant des tâches colorées et pouvant apparaître aux mêmes endroits en cas de reprise du médicament.

                                    · Bourdonnements d’oreille, sensation de baisse de l’audition, maux de tête et vertiges. Il peut alors s’agir d’un surdosage.

                                    · Saignements (hémorragies) pouvant engager le pronostic vital.

                                    · Saignements au niveau du cerveau (hémorragies cérébrales) pouvant engager le pronostic vital, en particulier chez les sujets âgés. .

                                    · Mouvements anormaux de la tête et du cou (spasmes de la face, contraction des mâchoires, troubles visuels et déviation involontaire du globe oculaire peu fréquents, difficultés pour avaler, pour parler, torticolis), contracture généralisée du corps, y compris après administration d’une dose unique.

                                    · Anomalies du sang causées par une maladie héréditaire des globules rouges visible par l’apparition d’une coloration bleue au niveau de la peau et des muqueuses (à l’intérieur de la bouche, du nez, des oreilles ou des parties génitales).

                                    · Diminution du nombre de plaquettes dans le sang (thrombopénie).

                                    · Taux anormalement bas de certaines cellules du sang (pancytopénie, bicytopénie, anémie aplasique).

                                    · Appauvrissement de la production des cellules sanguines (insuffisance médullaire).

                                    · Taux anormalement bas de certains globules blancs pouvant entrainer des infections graves (leucopénie, neutropénie, agranulocytose).

                                    · Destruction des globules rouges dans le sang (anémie hémolytique) chez les patients ayant un déficit en l’enzyme glucose‐6‐phosphate‐déshydrogénase.

                                    · Association de symptômes (appelé «syndrome malin des neuroleptiques») caractérisés par une fièvre inexpliquée seule ou associée à une pâleur, des sueurs et une salivation abondantes, une irrégularité du rythme du cœur, des troubles de la circulation, de la respiration ou de la température (troubles des fonctions végétatives), des troubles de la conscience, une rigidité musculaire.

                                    · Œdème du poumon non lié à une insuffisance cardiaque, se traduisant notamment par une difficulté à respirer et une augmentation du rythme cardiaque.

                                    · Inflammation aiguë du pancréas au cours d’une réaction allergique liée à l’acide acétylsalicylique.

                                    Dans tous ces cas, arrêtez immédiatement le traitement et consultez rapidement un médecin.

                                    · Douleurs abdominales.

                                    · Ulcère de l’estomac, ulcère de l’intestin, inflammation de l’œsophage, inflammation du colon.

                                    · Saignements (nez, gencives), petites taches rouges sur la peau (purpura).

                                    · Mouvements anormaux pendant ou après le traitement, en particulier chez les personnes âgées de plus de 65 ans plus souvent au niveau de la bouche et du visage. Les extrémités et le tronc semblent être intéressés dans une moindre mesure (voir le paragraphe « Avertissements et précautions »).

                                    · Convulsions.

                                    · Somnolence, lassitude, cas isolés de confusion et hallucinations, vertiges, rarement maux de tête.

                                    · Tremblements de repos, tremblements, besoin de bouger sans arrêt ou difficulté à rester assis.

                                    · Dépression, insomnies.

                                    · Diarrhées, gaz intestinaux.

                                    · Allongement de la durée des règles, arrêt des règles, écoulement de lait en dehors des périodes normales d’allaitement chez la femme, gonflement des seins chez l’homme.

                                    · Fatigue.

                                    · Palpitations.

                                    · Baisse de la tension artérielle.

                                    · Rythme cardiaque trop bas par rapport à la normale, anomalie de la conduction au niveau du cœur, arrêt cardiaque (avec les formes injectables de métoclopramide).

                                    · Augmentation des enzymes du foie, atteinte du foie (principalement des cellules du foie), maladie du foie chronique (hépatite chronique).

                                    · Ces troubles sont détectés lors d’une analyse de sang.

                                    · Maladie des reins (insuffisance rénale).

                                    · Pensées suicidaires.

                                    · Tension artérielle très élevée (fréquence non connue).

                                    · Inflammation des vaisseaux sanguins pouvant être associée à des atteintes des articulations, du rein, de la peau et du tube digestif.

                                    · Douleur localisée dans la poitrine qui peut irradier vers l’épaule gauche et la mâchoire d’origine allergique (syndrome de Kounis).

                                    Liste des effets indésirables possibles :

                                    Vomissements de sangHémorragieAnémie par déficience en fer