Notice médicament

Télécharger Goodmed
information medicament

IZALGI 500 mg/25 mg, gélule

À quoi sert ce médicament ?

Classe pharmacothérapeutique :

Antalgique périphérique et central.

Antalgique opiacé.

IZALGI 500 mg/25 mg, gélule est une association de 2 antalgiques (substances calmant la douleur), le paracétamol et la poudre d’opium, qui agissent ensemble pour soulager votre douleur.

Ce médicament est préconisé dans les douleurs aiguës modérées ou fortes, ou qui ne sont pas soulagées par l’aspirine, le paracétamol ou l’ibuprofène utilisé seul.

Que contient ce médicament ?

paracétamol

Quel est son taux de remboursement ?

Taux de remboursement: 65%

Prix: 2.6

Comment le prendre ?

Veillez à toujours prendre ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin ou pharmacien. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

Posologie

La posologie usuelle est de 1 gélule, à renouveler si besoin au bout de 4 à 6 heures, sans dépasser 4 gélules par jour.

Fréquence d’administration

Les prises doivent toujours être espacées d’au moins 4 heures. En cas de douleur persistante, les prises systématiques permettent d'éviter les pics de douleur.

En cas de maladie grave des reins (insuffisance rénale sévère), les prises seront espacées de 8 heures minimum.

NE JAMAIS PRENDRE PLUS DE 4 GRAMMES DE PARACETAMOL PAR JOUR (en tenant compte de tous les médicaments contenant du paracétamol). Il faut toujours respecter un intervalle de 4 heures minimum entre les prises. Les dosages supérieurs à 3 grammes de paracétamol par jour nécessitent un avis médical.

Si vous avez l’impression que l’effet d’IZALGI 500 mg/25 mg, gélule est trop fort ou trop faible, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

IZALGI 500 mg/25 mg, gélule est contre-indiqué chez l’enfant et l’adolescent de moins de 15 ans.

Mode et voie d'administration

Voie orale.

Avaler la ou les gélule(s) telles quelles à l’aide d’un grand verre d’eau.

Durée du traitement

Si la douleur persiste plus de 4 à 5 jours, ne pas continuer le traitement sans l'avis de votre médecin.

Dans tous les cas, se conformer strictement à la prescription médicale.

Si vous avez pris plus de IZALGI 500 mg/25 mg, gélule que vous n’auriez dû :

Consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien même si vous vous sentez bien. Il peut y avoir un risque d’atteinte du foie dont les symptômes apparaîtront ultérieurement.

Si vous oubliez de prendre IZALGI 500 mg/25 mg, gélule :

Si vous avez oublié de prendre les gélules, la douleur peut réapparaître. Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre. Continuez votre traitement comme avant.

Si vous arrêtez de prendre IZALGI 500 mg/25 mg, gélule :

L’arrêt du traitement peut entraîner un syndrome de sevrage lors d’une utilisation prolongée à dose élevée.

Si vous avez d’autres questions sur l’utilisation de ce médicament, demandez plus d’informations à votre médecin ou à votre pharmacien.

Quels sont ses effets indésirables possibles ?

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Peu fréquents (chez moins de 1 patient traité sur 100)

    · Troubles du système nerveux : insomnie, somnolence.

Rares (chez moins de 1 patient traité sur 1000)

    · Troubles gastro-intestinaux : constipation, nausées, vomissements, douleurs abdominales.

    · Troubles cutanés : rougeur, urticaire, démangeaisons.

    · Troubles du système immunitaire : réactions allergiques telles que malaise, œdèmes.

Très rare (chez moins de 1 patient traité sur 10000)

    LIES A LA PRESENCE DE PARACETAMOL

    · immédiatement arrêter le traitement,

    · avertir votre médecin,

    Exceptionnellement, des modifications biologiques nécessitant un contrôle du bilan sanguin ont pu être observées : taux anormalement bas de certains globules blancs ou de certaines cellules du sang comme les plaquettes pouvant se traduire par des saignements de nez ou des gencives. Dans ce cas, consultez un médecin.

    · sensation d’endormissement, euphorie, trouble de l’humeur,

    · rétrécissement de la pupille, difficulté à uriner,

    · réaction d’hypersensibilité (démangeaisons, urticaire, éruption cutanée étendue),

    · constipation, nausées, vomissements,

    · somnolence, états vertigineux, confusion, cauchemars, hallucinations,

    · gênes respiratoires,

    · augmentation de la pression intracrânienne se traduisant par des maux de tête voire des vomissements,

    · douleurs abdominales en particulier chez les patients cholécystectomisés (sans vésicule biliaire),

    · pancréatite,