information medicament

CARLIN 75 microgrammes/30 microgrammes, comprimé enrobé

À quoi sert ce médicament ?

CARLIN, comprimé enrobé est un contraceptif hormonal oral afin d’éviter une grossesse.

Chaque comprimé de CARLIN, comprimé enrobé contient deux hormones féminines différentes en petite quantité : le gestodène et l’éthinylestradiol.

Les contraceptifs oraux contenant deux hormones sont appelés contraceptifs oraux « combinés ».

Que contient ce médicament ?

éthinylestradiol

Comment le prendre ?

Veillez à toujours prendre ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin ou pharmacien.

La dose recommandée est de prendre un comprimé de CARLIN enrobé tous les jours, si nécessaire avec un peu d’eau. Vous pouvez prendre les comprimés avec ou sans nourriture, mais prenez toujours les comprimés à la même heure de la journée

La plaquette contient 21 comprimés. Prenez 1 comprimé par jour pendant 21 jours consécutifs. Ensuite, vous ne prendrez plus de comprimés pendant 7 jours.

Une hémorragie de privation doit apparaître pendant l’intervalle sans comprimés (cette période est également appelée semaine d’arrêt ou d’interruption), généralement le 2ème ou le 3ème jour après la prise du dernier comprimé.

Commencez la plaquette suivante dès le 8ème jour après le jour de prise du dernier comprimé (c'est-à-dire après l’arrêt pendant les 7 jours), même si l’hémorragie de privation persiste.

Ceci signifie que vous devez toujours commencer la plaquette suivante le même jour de la semaine et avoir une hémorragie de privation les mêmes jours tous les mois.

Si vous utilisez CARLIN, comprimé enrobé de cette façon, vous êtes protégée d’une grossesse même pendant les 7 jours sans prise de comprimés.

Quand commencer la première plaquette

    · Si vous n’avez pas pris de contraception hormonale au cours du mois précédent :

Commencez CARLIN, comprimé enrobé le premier jour du cycle (c’est-à-dire le premier jour de vos règles). En commençant CARLIN, comprimé enrobé le premier jour de vos règles, vous êtes immédiatement protégée d’une grossesse.

    Commencez CARLIN, comprimé enrobé de préférence le jour suivant la prise du dernier comprimé actif (le dernier comprimé contenant les substances actives) du contraceptif oral combiné précédent ou au plus tard le jour suivant la période habituelle d’arrêt des comprimés (ou après la prise du dernier comprimé inactif du contraceptif oral combiné précédent). Pour prendre le relais d’un anneau vaginal ou d’un dispositif transdermique, suivez l’avis de votre médecin.

    · Si vous utilisiez une méthode contraceptive contenant un progestatif seul (pilule microdosée, forme injectable, implant ou dispositif intrautérin (DIU) délivrant un progestatif) :

    o en relais d'une pilule progestative : vous pouvez commencer CARLIN, comprimé enrobé, à tout moment du cycle, le lendemain de l'arrêt de la pilule ;

    o en relais d'un implant ou d'un système intra-utérin : débutez CARLIN, comprimé enrobé le jour du retrait ;

    Dans tous les cas, quelle que soit la méthode précédente, vous devez utiliser des précautions complémentaires (par exemple un préservatif) pendant les 7 premiers jours de prise de CARLIN, comprimé enrobé.

      Quels sont ses effets indésirables possibles ?

      Il existe une augmentation du risque de caillots sanguins dans les veines (thrombo-embolie veineuse [TEV]) ou dans les artères (thrombo-embolie artérielle [TEA]) chez toutes les femmes qui prennent des contraceptifs hormonaux combinés. Pour plus de précisions sur les différents risques associés à la prise de contraceptifs hormonaux combinés, reportez-vous à la rubrique 2, « Quelles sont les informations à connaître avant de prendre CARLIN 75 microgrammes/30 microgrammes, comprimé enrobé ».

      L'évaluation de ces effets indésirables repose sur les informations suivantes relatives à leur fréquence d'apparition :

        · Très fréquent : affecte plus d'une utilisatrice sur 10

        · Fréquent : affecte 1 à 10 utilisatrices sur 100

        · Peu fréquent : affecte 1 à 10 utilisatrices sur 1000

        · Rare : affecte 1 à 10 utilisatrices sur 10 000

        · Très rare : affecte moins d'une utilisatrice sur 10 000

        Les effets indésirables les plus souvent rapportés (touchant plus de 10 utilisatrices sur 100) durant les essais cliniques et durant le suivi après commercialisation ont été des maux de tête, dont des migraines, et des saignements irréguliers (entre les règles).

        Les effets indésirables fréquemment rapportés (touchant entre 1 et 10 utilisatrices sur 100) sont : vaginite, incluant candidose vaginale, modification de l'humeur incluant la dépression, modification de la libido (désir sexuel), nervosité, étourdissements, nausée, vomissement, douleur abdominale, acné, douleur, tension ou écoulement des seins, douleur des règles, modification des sécrétions vaginales et des règles, absence de règles, rétention d'eau, gonflement, augmentation ou diminution du poids.

        Les effets indésirables peu fréquemment rapportés (touchant entre 1 et 10 utilisatrices sur 1000) sont : augmentation ou diminution de l'appétit, crampes abdominales, ballonnement, éruption cutanée, taches brunes sur le visage (chloasma), augmentation de la pilosité, chute de cheveux, hypertension artérielle, modification des graisses dans le sang dont une augmentation des triglycérides.

      Les effets indésirables rarement rapportés (touchant entre 1 et 10 utilisatrices sur 10000) sont : réactions allergiques sévères pouvant s'accompagner d'urticaire, de gonflements, de troubles circulatoires et de difficultés respiratoires, augmentation du taux de sucre dans le sang (hyperglycémie), irritation par les lentilles de contact, jaunisse, nodules sous la peau (érythème noueux), caillots sanguins dans une veine ou une artère, par exemple :

        · dans une jambe ou un pied (thrombose veineuse profonde, TVP),

        · dans un poumon (embolie pulmonaire, EP),

        · crise cardiaque,

        · accident vasculaire cérébral (AVC),

        · mini-AVC ou symptômes temporaires de type AVC, connus sous le nom d’accident ischémique transitoire (AIT),

        Le risque d’apparition d’un caillot sanguin peut être plus élevé si vous présentez certains autres facteurs qui augmentent ce risque (voir rubrique 2 pour plus d’informations sur les facteurs augmentant le risque de caillots sanguins et les symptômes d’un caillot sanguin).

      Les effets indésirables très rarement rapportés (touchant moins de 1 utilisatrice sur 10 000) sont :

        · Aggravation d'une maladie du système immunitaire (lupus), d'une maladie du foie (la porphyrie), des varices ou d'une maladie appelée chorée caractérisée par la survenue de mouvements incontrôlables, brusques et irréguliers.

        · Survenue de certains troubles au niveau des yeux tel qu'une inflammation du nerf optique qui peut conduire à une perte partielle ou totale de la vision, d'affections du foie ou du pancréas, d'une réaction cutanée particulière appelée érythème polymorphe, d'une maladie entraînant des troubles sanguins et urinaires (syndrome hémolytique urémique) ou d’une colite ischémique (flux sanguin insuffisant dans le côlon).

        · Augmentation du risque de calculs biliaires ou obstruction du flux biliaire.

        D’autres effets indésirables dont la fréquence n’a pas été déterminée ont été rapportés : tels que hépatite ou trouble de la fonction du foie ou des maladies inflammatoires du colon (maladie de Crohn, colite ulcéreuse).

      Liste des effets indésirables possibles :

      Douleur abdominaleAbsence de règlesCandida SAIDépressionSensation vertigineuseDouleurs des règlesEctropionOedèmeMal au coeurNerveux/nerveuseDouleurVomiPoids augmentéÉcoulement vaginalAcné